BURKINA FASO
UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU
FACULTE DES SCIENCES DE LA SANTE
(F.S.S.)
(section Médecine)
ANNEE 1992
THESE W-
21
LES EVACUATIONS S A N I T A I R E S EN
GYNECOLOGIE
ET OBSTETRIQUE
A
PROPOS DE 2 1 3 5 DOSSIERS
R E C U E I L L I S
A
LA MATERNITE DU CENTRE
HOSPITALIER NATIONAL
YALGADO OUEDRAOGO
THESE
Présentée et soutenue publiquement
le 15 juillet 1992
Pour obtenir le
GRADE DE DOCTEUR EH MEDECINE
(Diplôae d'Etat)
Par
Anne FORO
Epouse PARE
née à TOMA (BURKINA FASO)
le 26 Juillet 1961
Directeur de thèse :
Jury :
Pre Ag. Bibiane KONE
Président
Pr .Ag. B. Robert SOUDRE
Co-Directeur de Thèse
Membres :
Pre Ag. Bibiane KONE
Dr. Jean LANKOANDE
Dr. Jean LAMKOANDE
Dr. Tanguet OUATTARA

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU
FACULTE DES SCIENCES DE LA
SANTE (F.S.S.)
LISTE DU PERSONNEL ADMINISTRATIF
DOYEN
Pro R. H. DUIHINGA
VICE-DOYEN CHARGE DES AFFAIRES ACADEMIQUES
Pro Ag. R. B. SDUDRE
VICE-DOYEN A LA RECHERCHE ET A LA VULGARISATION
DIRECTEUR DE LA SECTION PHARMACIE
Pro Ag. I. P. GUISSDU
COORDONNATEUR DU CES DE CHIRURGIE GENERALE
Pro Ag. A. SANDU
DIRECTEUR DES STAGES
Dr. K. R. OUEDRADGO
SECRETAIRE PRINCIPAL
Hr. S. G. BANHORD
CHEF DU SERVICE ADMINISTRATIF, FINANCIER ET
COMPTABLE :
Houssa SANADOGO
RESPONSABLE DE LA SCOLARITE : Seydou GNEGNE
RESPONSABLE DE LA BIBLIOTHEQUE : H. KANRATAD

UNIVERSITE DE OUAGADOUGOU
Faculté des Sciences de la Santé
(F.S.S.)
LISTE DES ENSEIGNANTS DE LA F.S.S.
ENSEIGNANTS PERMANEHTS
Professeurs titulaires
Rambré Moumouni OUIMINGA
Anatomie organogenèse et
chirurgie
Hilaire TIENDREBOEOGO
Sémiologie et Pathologie
médicale
Professeurs associés
Franoois CANONNE
Santé Publique
Ahmed BOU-SALAH
Neuro chirurgie
Maîtres de Conférences Agrégés
Amadou SANOU
Chirurgie
Bobilwendé Robert SOUDRE
Anatomie pathologique
Tinga Robert GUIGUEMDE
Parasitologie
Julien YILBOUDO
Orthopédie-Traumatologie
Bibiane KONE
Gynécologie-Obstétrique
Alphonse SAWADOGO
Pédiatrie
Innocent Pierre GUISSOU
Pharmacologie-Toxicologie
Maître de Conférences associé
Jean TESTA
Epidémiologie-Parasitologie
Maîtres-Assistants associés
Ould MOHAMMEDI
Dermatologie
Rachid BOUAKAZ
Maladies infectieuses
Maîtres-Assistants
Kongoré Raphaël OUEDRAOGO
Chirurgie
François René TALL
Pédiatrie
Lady Kadidiatou TRAORE
Parasitologie
Mamadou SAWADOGO
Biochimie

Assistants Chefs de clinique
Pascal BONKOUNGOU
Gastro-Entérologie
Boukari Joseph OUANDAOGO
Cardiologie
Tanguet OUATTARA
Chirurgie
R. Joseph KABORE
Gynécologie-Obstétrique
Mamadou Patrice ZEI
Gynécologie-Obstétrigue
Luc SAWADOGO
Gynécologie-Obstétrique
Phi l i p p e ZOU RE
Gynécologie-Obstétrigue
Saïdou Bernard OUEDRAOGO
Radiologie
Issa SANOU
Pédiatrie
Toungo Christian SANOU (in memoriam)
Oto Rhino Laryngologie
Raphaël DAKOURE
Anatomie-Chirurgie
K. Ludovic KAM
Pédiatrie
Piga Daniel ILBOUDO
Gastro-entérologie
Doro SERME
Cardiologie
Virginie TAPSOBA
Ophtalmologie
Adama LENGANI
Néphrologie
Sophar HIEN
Chirurgie
Jean LANKOANDE
Gynécologie-Obstétrique
Hamadé OUEDRAOGO
Anesthésie-Réanimation-
Physiologie
Arouna OUEDRAOGO
Psychiatrie
Oumar TRAORE
Chirurgie
Joseph Y. DRABO
Endocrinologie
Blaise SONDO
Santé publique
Abdoulaye TRAORE
Santé publique
Joachim SANOU
Anesthésie-Réanimation-
Physiologie
Madi KABRE
Oto Rhino Laryngologie
Kampadilemba OUOBA
Oto Rhino Laryngologie
Salifo SAWADOGO
Hématologie
Gana Jean Gabriel OUANGO
Psychiatrie
Alexis ROUAMBA
Anesthésie-Réanimation-
Physiologie
Daman SANO
Chirurgie
Si Simon TRAORE
Chirurgie
Assistant Chef de clinique associé
Gérard MITELBERG
Psychiatrie
Assistant associé
Akpa Raphaël GBARY
Epidémiologie
Chargés de cours
Annette SCHWEICH
Physiologie
Jean LANDOIS
Chirurgie
Daniel TRANCHANT
Endocrinologie
Maurice GALIN
Oto Rhino Laryngologie

ENSEIGNANTS NON PERMANENTS
Faculté des Sciences et Technigues (FAST)
Professeurs Titulaires
TRAORE S. Alfred
Immunologie
Akry COULIBALY
Mathématiques
Haitres de Conférences
Sita GUINKO
Biologie cellulaire-
Botanique-B.V.
Laya SAWADOGO
Physiologie-Biologie
cellulaire
Boukary LEGMA
Chimie Générale
Laou Bernard KAH
Chimie
Faculté des Sciences et Techniques (FAST)
Haitres-Assistants
W. GUINDA
Zoologie
Léonide TRAORE
Biologie cellulaire
Adama SABA
Chimie organique
François ZOUGMORE
Physique
Longin SOME
Mathématiques-statistiques
Gomtibo Jean-Baptiste OUEDRAOGO
Physique
Aboubakary SEYNOU
Statistiques
Assistants
Makido B. OUEDRAOGO
Génétique
Apollinaire BAYALA (in memoriam)
Physiologie
Jeanne MILLOGO
T.P. Biologie cellulaire
Raymond BELEMTOUGOURI
T.P. Biologie cellulaire

Institut du Déyeloppement Rural
Haître-Assistant
Didier ZONGO
Génétique
Faculté des SCÎ!:m.c..e..s._ji.CJm.QJÙ9.UJllL~stion~
Haître-Assistant
Tibo Hervé KABORE
Economie-Gestion
~té
de ~QÏt et SQiences Politiques (FDSP)
TAHITA
Législation Pharmaceutique
(Droit)
ENSEIGNANTS VACATAIRES
Mme Henriette BARY
Psychologie
Dr Jean Zézouma SANOU
Psychiatrie
Dr Bruno ELOLA
Anesthésie-Réanimation
Dr Jean KABORE
Neurologie
Dr Michel SOMBIE
Planification
Mr Abdoulaye KEITA
Administration
Mr René DALLA
Statistiques
Mlle Rasmata TRAORE
T.P. Bactériologie
Mr Casimir KADEBA
T.P. Biochimie
Dr Madi KABRE
Oto Rhino Laryngologie
Dr Nicole PARQUET
Dermatologie
Dr Nazinigouba OUEDRAOGO
Physiologie
Dr Annette OUEDRAOGO
Stomatologie
Dr THIOMBIANO Adama
Législation Pharmaceutique
Dr Sidiki TRAORE
Galénique
Dr Badioré OUATTARA
Galénique

ENSEIGNANTS HISSIONNAIREQ
A.U.P.E.L.F.
Pr Lamine DIAKHATE
Hématologie (Dakar)
Pr Abibou SAMB
Bactériologie-Virologie (Dakar)
Pr José Marie AFOUTOU
Histologie-Embryologie (Dakar)
Mr Makhtar WADE
Bibliographie (Dakar)
Pr M. K. A. EDEE
Biophysique (Lomé)
Pr. Ag. Mbayang NDIAYE-NIANG
Physiologie (Dakar)
Pr. Ag. R. DARBOUX
Histologie-Embryologie (Bénin)
O.M.S.
Dr Jean-Jacques BERJON
Histologie-Embryologie (Creteil)
Dr Frédérick GALLEY
Anatomie pathologique (Lille)
Dr Moussa TRAORE
Neurologie (Bamako)
Pr Auguste KADIO
Pathologies infectieuses et
parasitaires (Abidjan)
Pr Jean Marie KANGA
Dermatologie (Abidjan)
Pr Arthur N'GOLET
Anatomie pathologique (Brazzaville)
Mission Fran~aise de Coopération
Pr J. C. KOUYOUMDJIAN
Biochimie (Creteil)
Pr Daniel LAURENT
Physiologie (Creteil)
Pr Michel DUSSARDIER
Physiologie (Marseille)
Pr Michel JAN
Neuro-Anatomie (Tours)
Pr Etienne FROGE
tiédecine Légale
Médecine du travail (Tours)
Pr Henri MOURAY
Biochimie (Tours)
Pr P. QUEGUINER
Ophtalmologie (Marseille)
Mlle Evelyne WIRQUIN
Biophysique (Creteil)
Mr P. JOUANNET
Histologie-Embryologie (Paris)
Mr THEPOT
Histologie-Embryologie (Paris)
Dr Claire SCHWARTZ
Endocrinologie (Reims)
Dr Brigitte DELEMER
Endocrinologie (Reims)
Pr Denis OUESSIDJEWE
Pharmacie Galénique (Paris XI)
Mission de l'Université Libre de Bruxelles (ULB)
Pr Marc VAN DAMME
Chimie Analytique-Biophysique
Pr
MOES
Galénique

DEDICACES

-
A toutes celles qui ne sont plus parce qu'elles n'ont pas
trouvé d'issue favorable sur cette "longue route de la mort"
qu'est la maternité,
A toutes celles qui ont déjà emprunté ou emprunteront ce
chemin,
- A toutes les femmes du monde sous développé,
- enfin à tous ceux qui ont conscience du rôle, du statut et des
besoins de la femme en matière de santé.

A tous nos parents et amis, pour le soutien moral et matériel que
vous nous avez apporté durant ces longues années d'étude, pour
les moments de joie que nous avons eu ensemble,
ce travail est
aussi le vôtre.

A ROS MAITRES ET JUGES
-
Le Professeur B. Robert SOUDRE
Nous sommes heureu$ede savoir que l'un des maîtres de cette
Faculté nous sanctionnera à la fin de ces longues années d'études.
Pour cet honneur que vous nous faites et pour votre contribution
à notre formation, recevez nos sincères remerciements.
-
Le Professeur Bibiane KOBE
A travers vous, nous voyons simplicité, compétence et amour du
travail bien accompli.
Puisse votre image guider nos pas et votre aide contribuer
toujours à notre perfectionnement.
Nos sincères remerciements.
- Le Dr. Jean LANKOARDE,
Modèle de l'ardeur et de la bonne humeur au travail, nous vous
sommes infiniment reconnaissante pour votre entière
disponibilité.
- Le Dr. Tanguet OUATTARA,
Nous n'avons pas eu l'occasion de vous connaître, mais nous
sommes touchélpar l'honneur que vous nous faites de juger ce
travail. Pour cela nous vous remerçions.
- Le Dr. Abdoulaye TRAORE
Vous n'êtes pas là aujourd'hui pour juger ce travail dont vous
avez contribué à l'accomplissement. Vous nous avez reçu avec
simplicité et pour cela nous ne pouvons pas vous oublier.

REMERCIEMENTS

-
A nos compagnons de lutte
Noelie, Zanré, Seini, pour votre
contribution.
-
A Monsieur GNEGNE Seydou, KABORE Jean Baptiste, Mme KEITA
Abibata, Monsieur NONGUIERMA, Mr ZOUNGRANA, au personnel de la
DEP et de la FOC, pour votre apport.
- A tous les enseignants de la Faculté des Sciences de la Santé
(F.S.S.) pour leur contribution à notre formation.
-
A tout le personnel de la Maternité de l 'Hôpi tal Yalgado
OUEDRAOGO, pour l'aide qu'ils ont apporté à l'aboutissement de ce
travail.

"La Faculté des Sciences de la Santé a arrêté que les opinions
émises dans les dissertations qui seront présentées, doivent être
considérées comme propres à leurs auteurs et qu'elle n'entend
leur donner aucune approbation ni improbation."

LISI'E
DES
ABREVIATIONS
B.F. : BURKINA FASO
C.H.R.
Centre Hospitalier Régional
C.M.:
Cent re Médical
C.S.P.S. : Centre de Santé et de Promotion Sociale
D.E.P.: Direction des Etudes et de la Planification
O.M.S.
Organisation Mondiale de la Santé
Y.O.
Yalgado OUEDRAOGO
Dispro F.P. : Disproportion f~to-pelv.ienne
Ut. Cicat. : Utérus cicatriciel
M.Eff. exp. : Mauvais éffort expulsif
Bass. Pat ho. : Bassin pathologique
Défaut. eng. : Défaut d'engagement
Menacee- lin. : Menace d'avortement
Avt. Icomp. : Avortement incomplet
Present. anle : Présentation anormale
Hgie post. P. : hémorragie post partum
Souff. foet. : souffrance foetale
Procid. cord : procidence du cordon
Anémie + G : Anémie et grossesse
An. Post. P. : Anémie post partum
Metrorr • .,. G : métrorragie et grossesse
doul. Pel. + G : douleurs pelviennes et grossesse
prer & R.U. : Prérupture et rupture utérine
Tox. ~ compl. : Toxémie et complications
M. Accht. Pro : Menace d'accouchement prématuré
p.p. :
Placenta Praevia
Reten. 2è j. : Rétention 2è jumeau
Dysto. Dyn. : dystocie dynamique
Infect. p.p. :
infection post partum
Infect. + G :
syndrome infectieux et grossesse
, .
G.E.U.
grossesse extra utenne
Grde Xpr.
grande multiparité
Autres obst.
autres motifs obstétricaux
.... / ...

Trbles cy.
troubles du cycle
métrorr :
mét rorragies
doul. pelv.
douleurs pelviennes
Masse pelv.
masse pelvienne
kyste. ov.
kyste de l'ovaire
fibrome ut.
fibrome utérin
kc genit. :
cancer génital
Infect. hte
infection génitale haute
Autres gy. :
autres motifs gynécologiques.

S O M M A . : J : R E
Pages
INTRODUCTION
1
ENONCE DU PROBLBME
4
OBJECTIFS
8
lEBE PARTIE
: METHODOLOGIE
10
1-
CADRE DE L'ETUDE
11
2-
MALADES ET METHODES D'ETUDE
11
2.1. Malades
11
2.2. Recueil des informations
12
2.3.
Traitement informatique des
12
données
3-
DIFFICULTES RENCONTREES
12
2111E PARTII:
RlSQL'lATS
14
1- FREQUEHCE DES EVACUATIONS
15
2- CARACTERISTIQUES DES EVACUEES
17
2.1. Age
17
2.2. situation matrimoniale
18
2.3. Profession de la femme
19
2.4. Profession de l'époux
20
2.5. Antécédents gynécologiques et
21
obstétricaux
2.5.1. Age des premières règles
21
2.5.2. Cycle mentruel
22
2.5.3. Gestité
23
2.5.4. Parité
24
2.6. Motif d'évacuation
25
2.7. Diagnostic réel
28
2.8. Corrélation motif d'évacuation -
31
diagnostic réel

3- CONDITIONS DE L'EVACUATION
36
3.1.
Provenance
36
3.2.
Formation sanitaire
41
3.3.
Mode d'évacuation
43
3.4.
Coût de l'évacuation
46
3.4.1. Coût du transport
46
3.4.2. Coût des ordonnances
56
3.4.3. Coût du séjour à l'hôpital
58
3.4.4. Coût total de l'évacuation
60
3.5.
Moyen financier des patientes
62
4- PRONOSTIC MATERNEL - PRONOSTIC FOETAL
63
4.1. Eléments d'appréciation du
63
pronostic maternel
4. 1. 1.
Etat général
63
~l.L A~~~
M
4.1.3. Hyperthermie
65
4.1.4. Etat de choc ou collapsus
66
4.1.5. Etat de la poche des eaux
67
4.1.6. Etat du bassin maternel
68
4.1.1. Mode d'accouchement
69
4.1.8. Traitement reçu.
70
4.2.
Appréciation de l'état du foetus
71
5- RESULTATS DU TRAITEMENT
72
5.1.
Résultats chez la mère
72
5.1.1. Répartition des entrantes en
72
fonction du résultat
5.1.2. Résultat en fonction du
75
diagnostic réel
5.1.3. Résultat en fonction de l'état 75
général à l'arrivée
5.1.4. Résultat en fonction de la
76
distance.

5.2. Résultat foetal
78
5.2.1. Sexe
78
5.2.2. Apgar
79
5.2.3. Poids.
82
3EKE PARTIE
COMMENTAIRES - DISCUSSION
83
4EMB PARTIE
CQNCLUSIQN
95
SEME PARTIE
PROposITIONS
96
RESUME
98
BIBLIOGRAPHIE
99
All'NEXES
105

INTR.ODUCTION

Dans le monde entier, la naissance d'un enfant fait la
joie de sa famille. Cependant des milliers de femmes vivent
quotidiennement la naissance de leur bébé non pas comme
un
évènement heureux, mais comme un enfer qui peut leur coûter la
vie.
Suivez l'histoire vraie de cette jeune femme de 16 ans.
Mariée i l y a à peine un an, Aminata était enceinte dès le
premier mois de sa vie conjugale. Durant toute sa grossesse, elle
était restée sans aucune consultation prénatale. Le jour de son
accouchement, elle fut assistée par deux accoucheuses de son
village. Le travail avait commencé le 16 juin 1990 aux environs
de 6 heures. 24 heures plus tard, elle n'avait pas encore mis son
enfant au monde. Elle fut donc transportée au dispensaire le plus
proche de chez elle qui était à 5 km. De là elle fut envoyée au
Centre Médical par l'infirmier. Là le médecin avait découvert que
Aminata avait des signes de prérupture. Il décida donc d'une
évacuation sanitaire sur
la Maternité de
l'Hôpital
Yalgado
OUEDRAOGO
qui
est à
45
km
du Centre Médical.
La dotation
d'essence de la formation sanitaire était épuisée dès la première
semaine du mois. Son époux devait donc prendre en charge le prix
du
carburant.
Il
fut
obligé
pour
cela,
d'hypothéquer
sa
bicyclette qui avait jusque là servi à transporter sa femme.
Aminata arriva dans le service de Gynécologie et d'Obstétrique de
l'Hôpital Yalgado OUEDRAOGO à
15 heures. L'examen à l'entrée
revéla une rupture utérine. Le médecin décida ausssitôt d'une
laparotomie et envoya chercher du sang. Mais notre jeune dame
n'avait vraiment pas de chance. Il n'y avait plus de sang du
groupe 0+ dans le service d'hématologie, et les deux salles
d'opération étaient occupées. A 17 heures JO minutes, Aminata fut
installée sur la table d'opération. Quelques minutes après le
retrait de son bébé qui était déjà mort, elle même s'éteignit
dans un tableau de collapsus cardio-vasculaire.
-
2 -

En
analysant
le
cas
de
cette
jeune
femme,
nous
découvrons qu'elle avait pourtant quelques portes de sortie, sur
cette longue route qui l'a conduite vers la mort. si elle n'avait
pas été enceinte trop tôt, si et seulement si elle avait
bénéficié de la dernière porte de sortie, c'est-à-dire un Centre
Médical à moins de 10 km de chez elle, capable de la prendre
entièrement en charge. Mais combien de femmes ont subi
ou
subiront encore le sort de Aminata ? C'est devant le nombre élevé
de ces cas que nous nous sommes penché
sur le problème de
l'évacuation sanitaire dans notre service.
-
3 -

ENONCE DU PROBLEME

BURKINA FASO
..
....
'.'
"" ..... ~ ." ... : "
, " ........ ' ,,"
PROJET SECTORIEL TRANSPORT
.. '
."
" ,
PROGRAMME 1991 -1995
" ,
.. ··Go·om
".
A.'tb,ndi1 ..
0'\\2
G
Il.
~ .... <'
It~#~' ." ... .
MAL 1
• - ,,#'
"
.. ""
'
.... & _* ... t
. '
.
~ c
.'
N IG E R
" ....
"
:"'. ". ,,:'.":
"
,,' ",
"
0",
,.*'
BerDu " •
.. . "
"
8 ENI N
TOGO
'-
••• ~ ••••••••••• :.EilÇ.uf"?
, , '
G HAN A
ROUTES BITUMEE;S
N
ROUTES A REHABILITER
, , '
EN COURS DE REALISATION
" ,
......
= = ROUTES BITUMEES ("l BI
ROUTES A ENTRETENIR 1 ENTRETIEN
" , ......
t
PERIODIOUE'
- - - ROUTES EN TERRE
fA Tl
L1MIT E DE REGIONS
ECHELLE 1/2500000
COTE 0 IVOIRE
..
. '
..
. '
.w LO ...... UIS BERG .. E ... R. IN.TERNA .. TIONAL •. '.N .. C,
1
. . . i;.LSTE~ fgRfT EA~~;:rGE N,,~,jt
u 1990

Le Burkina Faso est un pays Ouest Africain en voie de
développement. Il présente un certain nombre de caractéristiques
bien connues. L'agriculture et l'élevage qui sont la base de son
économie occupent 85 % de la population.
Ces deux secteurs sont défavorisés par trois principaux
facteurs
- une désertification progressive ;
- une pluviométrie irrégulière et mal répartie ;
- une méthode culturale encore archaïque.
C'est pourquoi son revenu par tête d'habitant oscille
autour de 63 000 F CFA.
Sur le plan des transports et communications, le réseau
routier
joue
un
rôle
important.
Ce
dernier
est cependant
insuffisant et souvent en mauvais état. Ainsi selon un rapport de
la direction des travaux publics 1
l'état du réseau routier en
septembre 1990 montrait 9 130 km de route au total dont 37 % en
mauvais ou très mauvais état. [5]
Cette catégorie composée essentiellement de
routes
départementales, régionales et non classées constitue le réseau
intérieur. Elles sont donc quotidiennement empruntées par les
malades pour rejoindre les formations sanitaires.
Dans
le
domaine
de
la
santé,
on
constate
une
insuffisance du personnel de santé et des structures sanitaires
ou de leur équipement. Ainsi en 1989, on rapporte les chiffres
suivants : [6]
- un centre Hospitalier Régional pour 988 330
habitants
- un Centre Médical pour 136 846 habitants ;
- un Centre de Santé et de Promotion sociale pour 19
212
habitants.
Enfin 94 ambulances pour 709 formations sanitaires
desservant 8 894 971 habitants. 56 % seulement de la population a
la chance d'être à 5 km d'une formation sanitaire. Ce déficit
oblige à l'évacuation de beaucoup de malades vers les quelques
-
6-

O B J E C T I F S

1- OBJECTIF GENERAI,
Analyser les problèmes liés à
l'évacuation sanitaire en
gynécologie et obstétrique en vue de contribuer à la baisse du
taux de mortalité maternelle et infantile.
2- OBJECTIFS SPECIFIQUES
2-1- Déterminer les caractéristiques
épidémiologiques et cliniques des évacuées ;
2-2-
Déterminer les relations entre les
différents paramètres épidémeio-cliniques
2-3-
Etudier les conditions de l'évacuation ;
2-4-
Déterminer le coût moyen de l'évacuation;
2-5-
Faire des propositions en vue d'apporter des
solutions aux problèmes liés à l'évacuation
sanitaire.
_ 9 _

PR..EMIER..E P A R T I E
- METHODOLOGIE

1- CADRE DE L'ETUDE
Le travail a été réalisé à la maternité de l ' Hôpi tal
Yalgado OUEDRAOGO. C'est le service de référence des pathologies
gynécologiques et obstétricales de la ville de Ouagadougou et des
provinces environnantes.
1.1. Le service co.pte sept(7) unités
- le bloc d'accouchement avec une salle d'attente
de six (6) lits et une salle d'accouchement
dotée de trois (3) tables d'accouchement;
- le bloc opératoire avec deux (2) salles
d'opération;
- le pavillon de réanimation avec douze(12) l i t s ;
- la section "post opérées" avec vingt (20) l i t s ;
- la section"pathologies gynécologiques et suites
de couches" avec vingt (20) l i t s ;
- la crèche avec vingt (20) berçeaux.
1.2. Le personnel est co.posé en 1992 de
- neuf (9) médecins dont six (6)
gynécologues-obstétriciens, deux (2)
généralistes, un (1) anesthésiste réanimateur;
- vingt sept (27) sages-femmes dont une sage-femme
pUéricultrice ;
- seize (16) assistants de santé ;
- seize (16) agents de soutien.
2- MALADES ET METHODES D'ETUDE
2.1. Notre étude comporte deux parties.
Il s'agit :
_
11_

- d'une étude retrospective sur l'ensemble des dossiers
des
patientes
évacuées
dans
le service
de
gynécologie
et
d'obstétrique du 1er janvier 1990 au 31 décembre 1990. Dossiers
médicaux,
registres
d'accouchement
et
registres
de
sortie
serviront au recueil des données :
d'une
étude
prospective
sur
toutes
les
femmes
évacuées en fin d'hospitalisation du 1er mars 1992 au 30 avril
1992. Cette étude prospective de courte durée servira à relever
les éléments non
précisés dans
l'étude retrospective,
afin
d'évaluer le coût moyen de l'évacuation.
2.2. La collecte des données
Elle est faite à l'aide de deux (2) fiches d'enquête.
-
La première établie pour recueillir les informations
à partir d'un dossier médical établi pour chaque malade à son
entrée
et
mis
à
jour
jusqu'à
sa
sortie.
Les
registres
d'accouchement et de sortie ont servi à
compléter certains
éléments manquants sur certains dossiers médicaux.
-
La deuxième fiche a servi à faire une enquête par
interrogatoire directe de toutes les femmes évacuées en fin
d'hospitalisation du 1er mars au 30 avril 1992. Il s'agit de
malades hospitalisées dans deux sections du service : "suites de
couches" et "post opérées".
2.3.
Traitement informatique des données
La saisie à l'ordinateur a été faite après codification
des différentes variables. Le logiciel Epi-info a été utilisé
pour l'entrée et l'analyse des données.
3- DIFFICULTES RENCONTREES
-
Les dossiers sont le plus souvent incomplets. Malgré
l'usage des registres d'accouchement et de sortie, les éléments
recherchés sont restés souvent incomplets par rapport à chaque
dossier médical ;
-
12 -

-
vue le nombre élevé de motifs et l'association de
motifs dans certains dossiers, nous avons dû procéder à un choix
du motif le plus probant puis à un regroupement ;
- pour l'étude prospective, nous n'avons pas pu remplir
une fiche d'enquête pour toutes les sortantes pour les raisons
suivantes
Les sorties de malades sans avis médical ;
. le départ de certaines malades avant
l'interrogatoire;
• Les patientes ignorant les réponses aux
questions.
- la -

DEUXIEME P A R T I E
- RESULTATS

1- FREQUqCE DES EVACUATIONS
1.1. Répartition des entrantes en fonction
du mode d'admission : 1990
Tableau 1: Fréquence annuelle des évacuations
Rubrique
TOTAL
Pourcentage
Evacuées
2135
54 %
Non évacuées
1818
46 %
TOTAL
3953
100 %
Pour l'année 1990, du 1er janvier au 31 décembre,
3953
entrantes ont été enregistrées dans le service de Gynécologie et
d'obstétrique du Centre Hospitalier National Yalgado OUEDRAOGO.
Parmi elles, 2135 étaient évacuées, soit 54 % de l'effectif.
-
15 -

1.2. Répartition des évacuations par aois :
Nombre
2S0
205
200
150 .
100
50
o JA.N FEV MARS AVR MAI JUIN JUIl... AO'UTSEPT OCT NOV OEC
Mois
Figure No 1: FréQuence mensuelle des
évacuations (1990)
Nous remarquons
sur le graphique de répartition mensuelle
des évacuations qu'il y a une légère baisse en juillet et août.
C'est la saison pluvieuse avec les travaux champêtres et la
dégradation des routes.
-
16-

2-
CARACTERISTIQUES DES EVACUEES
2.1. Aqe
18-25 ans 48,4%
1014
< 18 ANS 9,2%
193
> 35 ans 9,1%
190
25-35 ans 33.3%
e90
Figure No 2: Répartition des évacuées
par tranche d'âge
Sur 2135 évacuées, 2096 ont entre 11 et 68 ans. Les
âges des 39 autres étaient inconnus. Nous avons constitué 4
tranches d'âge.
- 193 soit 9,2 % des patientes ont moins de 18 ans.
- 190 soit 9,1 % ont plus de 35 ans.
-
1014 soit 48,4 % des patientes ont entre 18 et 25
ans. C'est dans cette tranche que se situe le mode de la
distribution qui est 19 ans,
- 699 soit 33,3 % des patientes ont entre 25 et 35
ans.
Ces deux groupes constituent la majorité de la population.
-
l Î -

2.2. Situation matrimoniale
Purcentage
120,.
95,1"
100,.
80"
60,.
40,.
20""
0 ..
Mariées
Célibataires
Divorcées
Veuves
Situation matrimoniale
Figure No 3: Répartition des évacuées
en fonction de la situation matrimoniale
Parmi les évacuées, 1964 ont eu leur situation matrimoniale
mentionnée. 1868, soit 95,1 % sont mariées. C'est la majorité de
la population.
-
18_

2.3. Profession de la fe-.e
Pourcentage
100 ..
80 ..
60,.
40 ..
3,1"
0 ..
Ménagère
Secteur Info. Fonctionnaire
Etudiante
Elève
Profession
Figure No 4: Répartition des évacuées
par profession
Sur 1916 femmes dont les professions ont été
mentionnées, 1686 soit 88 % sont des ménagères.
19-

2.4.
Profession de l'époux
Pourcentage
60,.
40,.
30,.
20,.
10,.
Cultivateur Secteur Info.Fonctlonnalre Etudiant
Elève
Profession de I·époux
Figure No 5: Répartition des évacuées en
fonction de la profession de l'époux.
1708 femmes ont eu la profession de leur époux
mentionnée :
49,8 % sont des cultivateurs.
27,2 % sont du secteur informel.
-
20-

2.5. Antécédents gynécologiques et obstétricaux
2.5.1. Age des premières règles
Avant 13 ans 3,9%
13-17 anfl 90.7%
57
1317
Après 17 ans 5.4%
78
---",,-.. _-~.,#'
Figure No 6: Répartition des évacuées en
fonction de l'Age des premières règles.
Nous avons fait un regroupement par tranche d/âge. Sur
1451 patientes, 1317 soit 90,7 % ont eu leurs premières règles
entre 13 et 17 ans.
Le mode de la distribution est situé à 15 ans.
21

2.5.2.
Cycle menstruel
Régulier 83,4%
1386
Irrégulier 16,6%
276
Figure No 7: Répartition des évacuées en
fonction du caractère régulier ou
irrégulier du cycle
La majorité des patientes soit 83 % ont un cycle
régulier.
-
-22-

2.5.3.
Gestité
Primlgsste 30,3%
620
Grde multigsste (>8) 6.8
140
Multigeste (5a8) 23,3%
477
Figure No 8: Répartition des évacuées
en fonction de la gestlté
620 soit 30,3 % des patientes étaient des primigestes.
Les paucigestes sont les plus nombreuses avec une proportion de
39,5 %.
_ 23_

2.5.4. Parité
Nullipare .38,4%
780
Gde multi. (> 8; .~,~)%
130
puuci);or~ (1 -·4) 4 l ,8:"
MultiOIJre (5-8) 15.8%
850
322
Figure No 9~ Répartition des évccuées en
fonction de la parité
Nous
constatons
une
différence
avec
la
gestité.
L'avortement est à l'origine de l'interruption de bon nombre de
grossesses-
24-

2.6. Motifs d'évacuation
5%
10%
15% .. -
01
02
03
04
05
06
07
08
09
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25 -
26 ~
,
Motifs
obstétri-
,
caux
--
2',
28
29
30
31
32
33
34
Motifs
gynécolo-
giques
Figure nO 10 - 10 bis :
Fréquence des évacuations par motif.
Les principales raisons ayant motivé l'évacuation sont
représentées par leurs proportions respectives sur l'histogramme.
Elles sont classées par ordre décroissant de leur fréquence.
+ problème obstétrical
25

01
Autres motifs obstétricaux
13,5 %.
En
fonction de leur importance relative et de leur faible fréquence,
nous
avons
regroupé
en
un
seul
chapitre
certains
motifs
obstétricaux qui sont
- rétention d'oeuf mort
- enfant précieux
- gros foetus
- femme de petite taille
- vomissements gravidiques
condylomes et grossesse
- prolapsus et grossesse
- crise drépanocytaire et grossesse
- hauteur utérine excessive
- rupture prématuré des membranes
- femme difficile
- troubles de comportement
- mauvais état général et grossesse
-
ictère et grossesse
- accident de la circulation + grossesse.
02
métrorragies et grossesse
:
7,6 %
03: dystocie dynamique
7,3 %
04
utérus cicatriciel
6,1 %
05:
avortement incomplet
6,1 %
06
présentation anormale :
5,9 %
07
hémorragie post partum
5,2 %
08:
menace d'avortement
4,7 %
09 :
bassin pathologique
4,6 %
10
disproportion foeto-pelvienne 4,5 %
11 :
non progression du mobil
3,6 %
foetal ou défaut d'engagement
12
mauvais éffort expulsif
3,3 %
13
pré rupture et rupture
3,2 %
utérine
14
douleurs pelviennes et
2,5 %
grossesse
15
toxémie gravidique et
complications :
2,4 %
16
placenta praevia :
2,4 %
-
26 -

17
' .
· Anem1e post partum ou
·
.
abortum .
2,2 %
18 · souffrance foetale :
·
.
1,9 %
19 · anémie et grossesse
·
. .
1,7 %
20
procidence du cordon . .
1,2 %
21
rétention du 2è jumeau .
0,9 %
.
22 · Grossesse extra utérine
·
0,9
.
%
23
Grande multiparité .
0,8 %
24
menace d'accouchement
prématuré ·
·
0,7 %
.
25 · infection post partum
·
0,5 %
26
syndrome infectieux et
grossesse ·
·
0,3 %
+ Problème gynécologique
27 : métrorragies :
1,5 %
28
douleurs pelviennes
1,5 %
29
masse pelvienne :
1 %
30
Autres motifs gynécologiques :0,7 % comme
précédamment certains motifs gynécologiques ont été regroupés.
Ils sont :
- cloison vaginale
- prolapsus
- tuméfaction vaginale
,
- dechirure du Douglas
déchirure du vagin.
31
troubles du cycle
0,2 %
32
fibrome utérin
0,1 %
33
cancer génital
0,1 %
34
kyste de l'ovaire
0,0 %
Pour 10 malades, soit 0,5 %, nous n'avons pas
trouvé le motif d'évacuation énoncé dans le
dossier.
-
27 -

2.7.
Diagnostic réel
5%
10%
15%
""
."
01
02
03
04
05
06

07
08
09
10
11

12
13
14
..
15
16
17
18
19
20
21
22
23
Diagnos.24
tics obs .Ir
tétricaux
..
2 5 1 - - - - -....
26

271----__
281---_
29\\--_
301---
31,......-
,
t ' "
dl.agnos l.CS
gynécologiques
Figure 2: Fréquence des évacuations par diagnostic réel

Pour chaque diagnostic réel et dans un ordre décroissant de leur
fréquence, l'histogramme montre les proportions suivantes :
+ diagnostic obstétrical
01
normal
16,6 %
02
autres diagnostics obstétricaux
10,6 %
composés de :
- rétention d'oeuf mort
- ictère et grossesse
- vomissements gravidiques
- condylomes et grossesses
- prolapsus et grossesse

1

- cr1se drepanocyta1re et grossesse
- hydramnies
- psychose puerperale
- rupture prématuré des membranes
03
avortement incomplet :
9,1 %
04
bassin pathologique :
6,4 %
05
menace d'avortement :
5,7 %
06 :
hémorragie post portum
5,0 %
,/
, .
07
prerupture et rupture uter1ne !
4,9 %
08
disproportion foeto-pelvienne
4,8 %
09
présentation anormale
4,3 %
10
toxémie gravidique et complications
3,1 %
11
utérus cicatriciel
3,1 %
12
souffrance foetale
3 %
13
placenta praevia :
2,7 %
14
infection post partum ou abortum
2,6 %
15
anémie post partum ou abortum
1,7 %
16
procidence du cordon :
1,5 %
17: syndrome infectieux et grossesse :
1,3 %
18
Dystocie dynamique :
1,2 %
19
grossesse extra utérine
1,2 %
20: anémie et grossesse
1,0 %
21: défaut d'engagement
0,9 %
22: grande multiparité :
0,8 %
23
rétention du 2e jumeau
0,7 %
-
29 -

+ Diagnostic gynécologique
24:
infection génitale haute :
1,8 %
25
: autres diagnostics gynécologiques
1,0 %
qui sont :
- cloison vaginal&
- prolapsus
- bartholénite
,
.
- dech~rure du douglas
- lésion vaginale par traumatisme
26
Trouble du cycle
0,5 %
27
cancer génital :
0,3 %
28
fibrome utérin :
0,2 %
29
kyste ovarien :
0,2 %
30
masse pelvienne :
0,1 %
Le diagnostic était inconnu dans 0,5 % des cas.
_
3U_

...
...,
..,
r""""'"
~
~ ~
....
p!JfP"
~
..... ...
plII!!'!II
PIJ"'!'
p!I!IIP
~
IJ'II!!!"
~ lI\\IIlI!I!'
lIIi!I!III'
.,..
~
"Z..
co
~
...
~ :::z.
,..
,.
oi"
J
F.8
3'" .~+,
r:.;
r fJ
...
.
r
~
.1-
,..
.
~.
;:;
r ..
l~ <; T ~ ~ tJ'> ? T .3> :s- a ~ 0' ::z.
~
;- i.- "\\
.:g ~ ~ Ci' ::1>
c;'\\
~ ;:r. 0 .:x.
iL c
<- ..
~ ~
~
:J
'" ~
'" ~ .)
l
.,
.
.
~
- ;:r
~ ::J:> co 0\\
~ ." 7'
1;: I! .Î'ft
~
s
!
':T
ft
r &! r c::. i '"
~ -\\
i r ;-
,::.
a
..
~
':"t
jt

t r :II
~ P.
:b
Ree.\\
~~ 1:'1 .f 60
i ~
:i> ~.
j;'
~
i:
':tI
...
...-
Cf'
!i"
s:-
'"
.f :;
:::0
-+ C .;:
""1>
~
of'
q'
~
~ i:- ~ "\\
, -1-"\\ ~
• ...,:-
-l- ~ ~,
r-
~ ~
f ~
,
"6t"W\\Q\\C.
~! 4- 41 .t~ 33 -:1 4 .t1- 3 ~&
.2. .u lO -1.
If. 11
_ 3'
~
5"
.llSo
t> T
~ p\\'".. F. P.
3f. -1. ..ft =t -{t.
Ir
-1.
3
'3
.zo
1 ,
~~.f
Ut. (ieQ ....
,S'
1-
Ct. li ". ~p.
"
1fc:;. ~c,.. l'tI+~,
;. 34- 3 14~ "
~
2.
.t. :t. 1-
1-
9
-1'
A~'
D e.~Qu,,". E.,. ..
3 4 1-
4-
.{
..f.
5"
~s
nC.l1(u:e .A"+
()S" 3
3S 8
.z 1-
1-
.H
Avi-. I~4>_
I.th. 1i~
:t ~g fi
If
1-
,f
4.~ If .
P ... ut..~t· A.J>e
~
1.
'li
1.
,3
1-
!n
~~i Co fi &5r. p
~
b
4.& j:
Souf\\'
FoeJ-,
5 "- 1- 4- s
1-
~
1. -1.. Z
.to
li
H··
Proc.;-IL c..-::J
4.
lt
2$"
i
1.-
3,
Ane Wlle+v
t.o
1.
1.-
l-z.
A-n. POSt. P.
.t i
.2.~
:;
3'
t\\e.\\"f"f)rr cl G-
1
blllvi. PI!.I. +(.,.
,
Pre..- .... Ro
~4 1- 5" 4 tO
'1-
4 1-
1- .t 30
3
1.0
foie",
T.~. "" c."""",,
.3 3., 4- 1-
i
-1.
lt
8 14-
* 30 l,
'3
'1-
n. Auh t- P ...
1.. .•
t
lt
4
16 .9
./; 11
Â
Ai
,~
-
f. P.
1-
3
A.S' 1+
1. .t if+.
.t
1-'
s-s --
Re.. ttVl • i}l~
l'
oH
D 5h. 1>';.,
-!.
.z,
i-ta
3
.U
,
1"n [,~. P .. P.
3 ~
.ta
.{
41.
1:r
3 1-
1-
S4
'1.", ~ut + (;,
4
~
.l
l
41
2.'
G.E.O.
U
1+
14
t
.t4
G,. ... d c. )C p r
.{.
-ii-
iJ
Autrt'.1i ~~1\\-
~
:l-
i.
2-
4
3S I-iO
f)
-li
3
1,1.'
1l'
3
-if 1-
[US"
'T .. b\\tS • cv
1-
1.2. 1-
iJ)
rte.+rorr
i.
Do\\) \\. rel v
Mo.i\\,~t. f> .. \\v
-i
1-
K~$lc:. eV
. kc.. G-t..nlh
t=
1-
3
~
fibro m~ ut
,
3
1-
11
)"
l'
1-
4
~
:t
. ,:~rll."", h~
2.'
-1.3 ~,
.f" ~ut~ c..y.
9
s 3
-12-
2- .u
.
~l- 130 i-O !!, H ~3 130 Il' 110 441 .t' .3' 41 16. '::'-3 't 5l.
"TOTAL.
" SJ ZO ISC -11 t- 241 H ~ Jt JZ H .ta 1. t. l.. -If ~I.t.

2.8. Correlation motif d'évacuation - diagnostic réel
Tableau
II
Correlation motif d'évacuation-
diagnostic réel. (page précédente)
* Définition
l'évacuation sanitaire en obstétrique
est définie par Alihonou cité par OUEORAOGO Boniface [37] comme
étant le "transfert d'un centre de santé à un autre plus équipé,
d'une patiente présentant une pathologie développée au cours de
la gravido-puerperalité".
Avant son arrivée à la maternité de l'Hôpital Yalgado
OUEORAOGO,
la patiente s'est d'abord adressée à la structure
sanitaire la plus proche de chez elle. Cette structure joue un
rôle très important car c'est elle qui au vu des problèmes posés
décide de l'évacuation du malade.
En examinant le tableau nous constatons que
pour 2057
évacuations, dans 350 cas, soit 16,5 % l'examen à l'arrivée était
normal. L'évacuation n'était donc pas justifiée. En examinant de
plus près ce tableau, avec en abcisse le diagnostic réel et en
ordonné les motifs, nous découvrons que :
* chez 97 femmes évacuées pour disproportion
foeto-pelvienne,
- le diagnostic était confirmé dans 33,0 % des
cas;
- dans 32,0 % des cas l'accouchement était normal;
- dans 35 % des cas il s'agissait d'une erreur
diagnostic.
* Chez 70 femmes évacuées pour mauvais effort expulsif,
- 58,57 % ont accouché normalement,
- dans 15 cas il s'agissait d'une disproportion
foeto-pelvienne,
- dans 3 cas il s'agissait d'un bassin
patholgogique.
* Chez 99 femmes évacuées pour bassin pathologique
- dans 29,29 % des cas, l'accouchement s'est
déroulé normalement
-
32 -

- le diagnostic était confirmé dans 49,49 % des
cas.
* Sur 77 patientes évacuées pour non progression du
mobil foetal,
- dans 42,85 % des cas, la femme a accouché
normalement,
- dans 57,15 % des cas, il s'agissait d'une erreur
diagnostic.
* La menace d'avortement a été confirméedans
- 65,56 % des cas
- dans 24,24 % des cas il s'agissait d'un
avortement incomplet.
* L'avortement incomplet a été confirmé dans 91,53 %
des cas.
* La présentation anormale a été confirméedans 61,90 %
des cas.
* Sur 110 femmes évacuées pour hemorragie' post partum
ou abortum, le motif était
- confirmé dans 91,8 % des cas
- dans 3 cas l'examen était normal
- dans 6 cas il s'agissait d'une infection post
partum ou abortum
* Sur 40 patientes évacuées pour souffrance foetale,
- dans 18 cas soit 45 % l'auscultation des bruits
du coeur foetal était normale
* Sur 26 cas de procidence du cordon, 25 cas soit
96,1 %, le motif était confirmé.
* Chez 160 femmes évacuées pour metrorragies et
grossesse, dans 8 cas le saignement n'était confirmé ni par
l'interrogatoire ni par l'examen.
~
* Le syndrome de pre rupture ou la rupture uterine a été
confirmé dans 44,1 % des cas
-
33 -

- dans 32,35 % des cas l'examen était normal
- dans 23,55 % des cas il s'agissait d'une erreur
diagnostic
* La toxemie gravidique a été confirmé dans 57,69 %
des cas.
* Le placenta praevia a été confirmé dans seulement
27,45 % des cas.
* Sur 156 femmes évacuées pour dystocie dynamique,
- 45,51 % ont pu accoucher normalement
- dans 12,82 % des cas la dystocie n'a pas pu être
levée ;
- dans 41,67 % des cas il s'agissait d'une erreur
diagnostic.
* L'infection post partum, le syndrome infectieux et
grossesse, la grande multiparité ont été confirmés dans
tous les cas.
* Sur 20 femmes évacuées pour suspiçion de grossesse
extra-uterine, ce motif n'a été confirmé dans aucun
cas.
- ~ -

B U R K l ~ A FAS a
- LEGD~E
CARTS A.DMWIST~tAn'lE
- - - Llmite d'J.tat
::OU'feau découpage en JO pro'Ji::ces
- - - Llr.tite de pro-Il:;ca
• Chef lieu de pro~L~ce
.SOf]~
tI l C E R

U R 0

1< 0 S S l
G 0 [J :t :-1 A;

B S ~I l il

TOC 0
C ct .\\
CotI 0 E
PROVENANCE DES EVAaJEES
P 0 :1 1

3-
QQlDITIQIS DE L'EVACUATIOI
3.1. Provenance
3.1.1. Fréguence des évacuations par province
TableaulI1
Fréquence des évacuations par province
Provinces
Nombre total
Pourcentage
d'évacuées
01
Bam
22
l,a %
02
Bazega
133
6,3 %
03
Bougouriba
1
0,0 %
04
Boulougou
16
0,8 %
05
Boulkiemdé
47
2,2 %
06
Comoé
1
0,0 %
07
Ganzourgou
45
2,1 %
08
Gna-Gna
1
0,0 %
09
Gourma
2
0,1 %
la
Houet
a
a
%
Il
Kadiogo
1479
69,8 %
12
Kénédougou
a
a %
13
Kossi
a
a %
14
Kouritenga
58
2,7 %
15
Mouhoun
16
0,8 %
16
Nahouri
22
l,a %
17
Namentenga
5
0,2 %
18
Oubritenga
135
6,4 %
19
Oudalan
1
0,0 %
20
Passoré
54
2,5 %
21
Poni
2
0,1 %
22
Sanguié
3
0,1 %
23
Sanmatenga
5
0,2 %
24
Séno
1
0,0 %
25
sissili
22
1
%
26
Soum
a
0,0 %
27
Sourou
2
0,1 %
28
Tapoa
1
0,0 %
29
Yatenga
3
0,1 %
30
Zoundweogo
43
2,0 %
TOTAL
2120
100 %
-
36 -

5%
20%
40%
60%
80%
01
'--
02
03
04
05
f -
06
07
1 - -
08
09
10
11
12
13
14
-
15
16
17
18
19
20
r - -
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
Figure N° 12 : Fréquence des évacuations par province.
69,5 % des évacuées viennent du Kadiogo,
6,3 % du
Bazega, 6,4 d'Oubritenga et 1 % de la sissili. Nous pouvons dire
que la fréquence des évacuations diminue avec l'éloignement de la
province.
Le Houet, le Kénédougou, la Kossi, le Soum n'ont pas
fait d'évacuation sur la maternité de l'Hôpital Yalgado OUEDRAOGO
au cours de l'année 1990. La Bougouriba, la Comoé, le Gourma,
l'Oudalan,
le Poni, le Sanguié,
le Namentenga,
le Séno,
le
Sourou, la Tapoa, le Yatenga ont fait très peu d'évaucation sur
la maternité de l'hôpital Yalgado OUEDRAOGO. C'est la situation
où la proximité relative de CHR par rapport à ces provinces qui
explique ce phénomène.
37-

~
fP OP f Q
..
g
p
..
p.
~
,. ~
;r 3
0
J ~ li' f ~
c
c.-
s
" ~ :::x. <!. ç G Go} ;p
~
c
v-
It
'"
c:
C
;If""
:s
'"
"(
-,
l
Q.. ~
:s-
,.
a.; "i c:
'"
\\A
;;.
~ -1
~ 00 • '!
:;I:.
G
co
p
c:
c:
\\ )
J>
1>
Vl rn
.C'
-, CI
CI
V"
c:.
c.
i.
0
s
.s.- V' -. r

l,
:3
)
:s
-+
...
.."
-;
~.+if
__ J
~ ~ f '1>
C-
IO
~ :s:
c
.
-.
l
~ ..:
.. .. Co
-:;
.....
,
-.
It
a- I>
c:u:o
c:
1>
0
3
~
..
!
~
~
~
J.
l'II
0
J>
-,
C
~ a..
ri
Â"
r • l:>.-
A
0
. -.
.s
"
1"
-
()
" D 4 ::p
~ "1"
ï
ni~flro. j::. ~,
~
t (;
'S
41
i
.1-
Jt
f-
i
3.
Z j
~}
,
u' .... c,CoQ r·
"- 'il
E4 ?
')3
1-
'a
L
!l,
4-
'-1,
...131
1. \\;.pp. totp,
.)
1-
-i
-i
S:}
:t
1-
1-
C;;S
Eln c,!.'! Pa l-\\. o. >l
2
1-
Lt
l
'S-
i"
z.
It 1- 4-
~z.
~l-
,
o tP<IJl.\\. • t If\\ ••
-1.
1-
i~~
1 -1.
41
5
.2.-
11-
n (...VI (H. t . g'?d·.
~
1..
31-
Z -i
5"
-1..
A. 00
,
Avt. lio. c..eW\\p i..
-.i
2-
k:tO
-1.
Z-
r;
-1
.;\\.30
,
PV'P. S.e.lllt . AYll~ 4 IS
3 9
4
15)
3 1 .t .t !.It
1-
Lt
1t'
""ie. f.r.~. \\>. 1.. ~
-1.
3
-+l
3 .t -1.. Il
-1.
3
1.
-iOS
S~uftl. h,et
4
3.r
-1..
t t
40
P r,,'ild . l..erd.
-:1..
4-
1
l:1
!,
.lb
A Vle..m lt. + Gr-
1,
3
1-
1-
113
Z
t 1-
1-
~,
Iln. Pd~' P.
+
.th+- -1.
1.$
-1
;
9
il'
,
r\\dT ........ .of Gr
1-
3
1U,
4. 1.
~
t
z
1.
-1,1:
Pool· ru. tCr 1. 1-
-i
4s
1. 3
-1.
1-
..5..lt
,
Pf'C.... t:A R.u
3 1- 1-
2- 1. 4-
30
1. -1.. 1-
t
-1
Z
5
'":1-
!;,'J(. '" Comp\\
1-
4S"
.t
.t
-1..
S1
H. I\\<t:.h.t. p,
-1..
4S
1(.
P. P.
s L"
3
t.
.
31.
3
-1.
-1.
~
3
Si
R(!..tUl • .2c:i.
3
-13
1.
4-
1,
~\\l)
t'>'1"Jrel • C:.'1 ~. .2. -tt
1.,
4
t.
'3~
S .(. 4-
·iLr
'3
-i. 1.
-1.
15S
T", Je.. c.t- • r: .f
A.
1-
-1. A..
1..
H
In Pt.c."'.+ G-
r
t
_Cr~E.U .
-i.
4~
..J..
t.o
G-Nl e. Y.. Dt'.
l'
1-
1l
Av tv-es ';b"t. 3 -13
-1
4
1-
;f
.2.13
S
3
23
3 1..
.1.-
1
1. . ~88
-r ... b 1 ~
• c...v
1.-
t
1-
4
N e..\\-ye.r... 1
.2-
.1..
t..
1-
43
1-1.
-i.
1.-
-1
4- 1-
3.i.
"Ot9U 1. f",J v. -1.

1-
U
1-
t.
33
r1o~s.t fe.I". 1.
1.
-1.
-i2.
~
.1
3
,1,f.
K'I ~b
.. ~v.
A.
4-
~:Lrome v~
1.
t1..
-~
K~. ljeMit.
1-
,
"
1-
.2
Av+n . .s,
q'l. 1- .1.
1-
.t
't ~
1-
AS"
-
'1
v..
.
tt .t3.t: 4. t, 41
4S ..J. 2-
41t
.-
sa '''''S-
S \\lS 1- 1S4 Z 3 5' ::1- <.t,
l. 1- 3
_·f
!t3 ~1::1:1
. ~.
-
-
-
-
-
-

3.1.2. Fréquence, des motifs par province.
(Tableau IV page précédente)
A partir du tableau IV
nous avons
remarqué que les
motifs
mauvais effort expulsif et grande multiparité sont
évacués presque exclusivement du Kadiogo. Nous avons alors étudié
ces motifs en fonction du mode d'accouchement.
3.1.3.
Fréquence du mode d'accouchement en
fonction di diUX motifs.
3.1.3.1. Fréquence des différents modes
d'accouchemint en fonction du
motif : Grandi multiparité
Tableau ~ Fréquence des différents modes d'accouchement en
fonction du motif : grande multiparité
Mode d'accouchement
Grande multiparité
Normal
16
Cesarienne
1
Total
17
-
sur 17 femmes évacuées pour grande multiparité, 16
soit 94,1 % ont accouché normalement.
3.1.3.2. Fréquence des différents modes
d'accouchement en fonction du
motif ; mauvais effort expulsif
-
39 -

Tableau VI Fréquence des différents modes d'accouchement en
fonction du motif: mauvais effort expulsif.
Mauvais effort
Mode d'accouchement
expulsif
Normal
45
Forceps
4
Ventouse
3
Embryotomie
3
Cesarienne
15
Total
70
Sur 70
patientes évacuées pour mauvais
effort
expulsif, 45 soit 64,3 % ont accouché normalement.
-
40 _

3.2. Formation sanitaire
3.2.1.
Fréquence des évacuations par
fOrmation sanitaire
CM 41,1%
996
GL!N!(J! JE PR!VEE :'),:',)"
CHR 1./%
.i7
CSPS 49,0%
1036
Figure No 13: Fréquence des évacuations
par formation sanitaire
La répartition globale des évacuations par formation
sanitaire nous montre que la majorité des évacuations soit 49 %
sont faites à
partir des centres de santé et de promotion
sociale.
-
41-

3.2.2. FOrmation sanitaire gui évacue par
rapport à la province.
Tableau VII '.: fréquence des évacuations par formation sanitaire et
par province.
Rubrique
CHR
CM
CSPS
clinique Total Pourcentage
Kadiogo
0
577
853
47
1477
69,8 %
Autres
35
418
185
0
638
30,2 %
provinces
Total
35
995
1038
47
2115
100 %
La répartition détaillée des évacuations par formation
sanitaire et par province montre qu'en dehors du Kadiogo, ce sont
les centres
médicaux
qui
évacuent
le plus
souvent.
Cela
s'explique par la disponibilité des moyens d'évacuation tellbles
ambulances qui sont prioritairement affectées au CHR puis au CM
et enfin au CSPS.
42-

3.3. Mode d'évacuation
. Le mode d'évacuation et le coût moyen de l'évacuation
sont des éléments que nous n'avons pas pu analyser à partir de
l'étude retrospective car les données manquaient.
Pour cette partie du travail nous avons fait l'analyse
à partir des données recueillies au cours de notre enquête.
Cette
étude
prospective
a
porté
sur
122
femmes
hospitalisées dans deux sections du service, "suites de couches"
et "post opérées".
Nous avons exprimé tous les coûts en francs CFA.
-43

3.3.1. Moyen d'évacuation
Tableau VIII: Fréquence des moyens d'évacuation
Moyen d'évacuation
Total
Pourcentage
Ambulance
83
68, o %
Autres
39
32,0 %
'.
Total
122
100
%
Pour l'évacuation de 122 femmes, l'ambulance qui est un
moyen public de transport des malades a été utilisée 83 fois soit
68 % des cas. Dans 32 % des cas, un autre moyen de transport a
été utilisé par la malade pour rejoindre nos services.
44-

3.3.2. Section d'hospitalisation
'Suites de couches' 38.5%
47
·Pos! -opérées· 61.5%
75
Figure No 14: Répartition des évaouées
par section d"hospltalisation

La répartition globale des 122 patientes dans les deux
sections du service est de 61,5 % pour les "post opérées" et
38,5 % pour les "suites de couches".
-
45-

3.4. COût de l'évacuation
3.4.1. Coût du transport
3.4.1.1. Coüt du transport aller
3.4.1.1.1. Coüt du ·'transport aller"
Kadiogo-Maternité y.o.
Nombre
40 -r
:32
35 i
/
i
30t
25 ~
20 J
1
13 .J
10 J
i '
5
Ok~-
~500
500-1000
1000-1500
1500-2000
Coat du transport
Figure No 15: Répartition du coOt du
-transport aller- pour la province du
Kadiogo
A l'intérieur de la province du Kadiogo la majorité des
patientes ont payé moins de 600 F pour rejoindre la maternité
Yalgado OUEORAOGO.
_ 46_

3.4.1.1.2. Coût du "transport aller"
Bazega-Maternité Y.O.
Nombres
8
7
7
6
6
4
3
2
1
0
c2500
2500-5000
5000-7500
7500-10000
coat du transport
Figure No 16: Répartition du coQt du
-transport aller- pour la province du
Bazèga
Venant du Bazega, la majorité des patientes soit
46,66 % ont payé entre 2500 et 5000 F pour leur transport jusqu'à
la maternité Yalgado OUEDRAOGO.
_ 47_

3.4.1.1.3. Coût du "transport aller"
Boulkiemdé-Maternité Y.O.
Tableau IX : Répartition du coût du "transport aller"pour la
province du Boulkiemdé
coût transport
Fréquence
Pourcentage
0
1
14,3 %
4000
3
42,9 %
6500
1
14,3 %
8000
1
14,3 %
10000
1
14,3 %
Total
7
100
%
Sur sept (7) malades en provenance du Boulkiemdé, 3 ont
payé 4000 F pour le "transport aller".
- 4B -

3.4.1.1.4. coat du "transport aller"
Ganzourgou-Maternité Y.O.
,~
Tableau X : Répartition du coat du "transport aller pour la
province du Ganzourgou
coat transport
Fréquence
Pourcentage
12000
3
60 %
13000
1
20 %
15000
1
20 %
Total
5
100 %
cinq (5) patientes sont venues du Ganzourgou. Trois (3)
ont payé chacune 12 000 F pour leur "transport aller".
- 49 -

3.4.1.1.5. CoOt du "transport aller"
OUbritenga-Maternité Y.O.
Tableau XI : Réparti tion du coût du \\'transport aller"/pour la
province d'Oubritenga
Coût transport
Fréquence
Pourcentage
0
1
25 %
4250
1
25 %
5500
1
25 %
8500
1
25 %
TOTAL
4
100 %
Pour 4 malades venues d'Oubritenga, chacune a payé un
prix
uni taire
de
"transport
aller" •
Une
a
été
évacuée
gratuitement, une a payé 8 500 francs.
-
50 _

3.4.1.1.6.
Coût du "transport aller" :
Zoundweogo-Maternité Y.O.
Tableau 10: Répartition du coût du "transport aller" pour la
province du Zoundweogo
Coût transport
Fréquence
Pourcentage
1
0
1
25 %
Il 120
1
25 %
13 780
2
50 %
Total
4
100 %
Quatre malades sont venues du Zoundweogo. Une a été
évacuée gratuitement, deux ont payé chacune 13 780 francs
et une
a payé Il 120 francs.
51_

3.4.1.1.7. Le coût du "transport aller"
pour les autres provinces.
- Nous avons eu 4 malades en provenance du Boulgou.
Chacune a dû payer 15 000 francs
pour rejoindre nos
services.
- Une seule patiente dans notre série a été évacuée du
Kouritenga. Elle a payé 14 000 francs pour son
"transport aller".
- Deux malades ont été évacuées du Nahouri. L'une a
payé 9000 et l'autre 15 000 francs.
- Deux. malades ont été évacuées du Passoré. L'une a
payé la 000 et l'autre 11 000 francs.
- Une malade en provenance du poni a payé 8 000 francs
pour rejoindre nos services.
- Deux patientes sont venues du sanguié. L'une a payé
11 535 et l'autre 12 040 francs.
- Deux malades ont été évacuées de la sissili. L'une a
payé 15 000 francs et l'autre a été évacuée
gratuitement.
-
52 -

3.4.1.2. Coût du "transport retour"
Tableau XIII : Tarification du transport : Ouagadougou-Chef lieu de
province : Régie X9
Province
Coût transport
(francs CFA)
Bazega (Kombissiri)
800
Boulgou (Tenkodogo)
1200
Boulkiemdé (Koudougou)
1200
Ganzourgou (Zorgho)
800
Kadiogo (Ouagadougou)
0
Kouritenga (Koupéla)
1100
Nahouri (Pô)
1450
Oubritenga
(Ziniaré)
600
Passoré (Yako)
1100
poni (Gaoua)
4000
Sissili (Léo)
2200
Zoundweogo (Manga)
1950
Pour le retour de la malade, nous avons supposé qu'elle
utilisera un moyen de transport en commun. Nous avons ainsi
choisi les tarifs de la Régie Nationale de Transport en Commun
X9.
-
53 -

3.4.1.3. Coût total du transport
La malade évacuée est toujours en compagnie d'une tiers
personne. Il faut donc pour chacune des malades multiplier ce
coût de "transport retour" par deux. Pour les malades du Kadiogo,
nous avons fixé un prix forfaitaire de 1 000 F pour le retour.
Nous pouvons alors écrire que :
- La majorité des patientes évacuées de l'intérieur
du Kadiogo ont dû payer 1 500 F pour leur transport.
- La plupart des malades évacuées du Bazega ont payé
4 000 à 6000 francs pour leur transport.
- Parmi les sept (7) malades venues du Boulkiemdé,
trois (3) ont dû payer chacune 6 400 francs.
- Sur cinq (5) patientes évacuées du Ganzourgou, trois
ont payé chacune 13 600 francs.
- Pour l'Oubritenga, le coût du transport variait de
1200 à 9000 francs pour chacune des quatre (4) malades.
- Sur quatre (4) patientes venues du Zoundweogo, deux
(2) ont payé chacune 16 680 francs pour leur
transport.
- Les patientes venues du Boulgou ont payé chacune
17 400 francs.
- La patiente évacuée du Kouritenga a
payé 16 200
francs.
- Les deux (2) malades évacuées du Nahouri ont dû payer
l'une 11 900 et l'autre 17 900 francs.
- Le transport a coûté 12 200 francs pour l'une et
13 200 francs pour l'autre des patientes venues du
Passoré.
- La patiente venue du poni a payé 16 000 francs.
- Deux (2) patientes sont évacuées du Sanguié. L'une a
-
54 -

payé 14 735 et l'autre 15 240 francs.
- De la Sissili, l'une des malades a payé 4 400 et
l'autre 19 400 francs.
-
55 -

3.4.2. Coût des ordonnances
3.4.2.1. Coût des ordonnances pour la section
"suites de couches"
Nombre
25
( ~OOO
5000-10000
10000-15000 15000-20000 20000-30000
CoOt des ordonnances
Figure No 17: Répartition du coOt des
ordonnances pour la section ·suites de
couches·
19 soit la majorité des évacuées hospitalisées en
section "suites de couches" ont dépensé 5 000
à la 000 francs
pour l'achat de leurs médicaments.
56_

3.4.2.2.
Coût des ordonnances pour la
section "post opérées"
Nombre
18
16
14
12
10
e
SI
1
4 i
1
2 .
l
o Y:._.~
<16
15-20 20-25 25-30 30-35 35-40 40-4e 45-50 50-eS '55
CoOt des ordonnances (en milliers)
Figure No 18; Répartition du coOt des
ordonnances pour la section ·post-
opérées·
La majorité des patientes hospitalisées en section
"post opérées" ont dépensé 35 000 à 40000 francs
pour l'achat de
leurs médicaments.

3.4.3. coüt du séjour à l'Hôpital
3.4.3.1. coüt du séjour pour la section
"suites de couches"
Nombr,o;
1
.. e : ;
! 1
35.1
32
1
30 1
: 1
25 ~ !
1 1
r ~
20 't 1
.. 1 1 .
10 .... •
1 :
1 1
10 J!
Il 3
5 1l.::.:.:>1
2
O~~~
1
1-1.5
2-2,5
2.5-3
3-3,5
3.5-4
4,5-5
CoQt de léJour (en mfllers)
Figure No 19: Répartition du coat de
séjour pour la sectJon ·sultes de
couches·
La majorité des patientes hospitalisées en section
"suites de couches" ont payé 1 500 à 2 000 francs
pour leur
séjour.
-S8-

3.4.3.2. Coût du séjour pour la section
rtpost
opérées"
Nombre
52
~
I r
50 .. ~
1
40 -j
1
i
30
1
20
10
o
2-5
6-10
10-15
15-20
20-25
25-30
CoQt de sejour (en milliers)
Figure No 20: Répartition du coOt de
séjour pour la section ·post-opérées·
Hospitalisées en section "post opérées, la majorité des
patientes ont payé 2 000 à 10 000 francs
pour leur séjour à
l'Hôpital.
-
59-

1
L
3.4.4.
Coût total de l'évacuation
Nous avons évalué le coût de l'évacuation en faisant la
somme :
coût du séjour + coût des ordonnances + coût du transport.
Nous avons fait cette évaluation par province et par
section car le coût du séjour et des ordonnances varie selon la
section tandis que le coût du transport varie selon la province.
Ainsi :
-
la majorité des patientes évacuées du Kadiogo et
hospitalisées en section "suites de couches" dépenseront 8 000 à
15 000 francs. Hospitalisées en section "post opérées" elles
dépenseront 35 000 à 45 000 francs.
-
Hospitalisées en section "suites de couches", la
majorité des patientes venues du Bazega dépenseront 10 000 à
20 000 et 40 000 à 50 000 francs
si elles sont hospitalisées en
section "post opérées".
-
Hospitalisée
en section "suites de couches", une
patiente évacuée du Boulkiemdé pourra dépenser jusqu'à 20 000 et
jusqu'à 50 000 francs si elle est hospitalisée en section "post
opérées".
-
Pour une malade évacuée d'Oubritenga, le coût de
l'évacuation
pourra
s'élever
jusqu'à
20
000
si
elle
est
hospitalisée en section "suites de couches" et jusqu'à 55 000
francs si elle est hospitalisée en section "post opérées".
-
Pour une patiente évacuée du Ganzourgou, sanguié ou
du Passoré le coût de l'évacuation pourrait s'élever jusqu'à
25 000 francs si elle est hospitalisée en section "suites de
couches" et jusqu'à 60 000 si elle est hospitalisée en section
"post opérées".
En
section
"suites
de
couches",
le
coût
de
l'évacuation pourrait s'élever jusqu'à 30 000 pour une malade
évacuée du Boulgou, du Kouritenga, du Poni ou du Zoundweogo et
jusqu'à 60 000 francs si elle est hospitalisée en section "post
opérées".
-
60 -

-
Evacuée du Nahouri ou de la Sissili, une malade
pourra dépenser jusqu'à 30 000 francs si elle est hospitalisée en
section "suites de couches"
et jusqu'à 65000
si elle est
hospitalisée en section "post opérées".
- 61 _

3.5. Moyen financier des patientes
Tableau Xlv :Source du moyen financier
Moyen financier
Total
Pourcentage
Personnel
44
36,1 %
Aide
46
37,7 %
Emprunt
32
26,2 %
Total
122
100
%
Pour faire face aux dépenses liées à l'évacuation, nous
avons identifié le moyen financier des patientes en trois types :
- le moyen personnel
- l'aide qui peut être familiale ou autre
- l'emprunt.
Dans 63,9 % des cas, le coût de l'évacuation est au-
dessus des moyens financiers de la patiente.
-
02 _

4-
PRONOSTIC MATERIEL - PRONOSTIC FOETAL
4.1. Eléments d'appréciation du pronostic maternel
4.1.1.
Etat général
BON 77,1'.1.
1448
MAUVAI:3 22.9%
430
Figure No 21: Répartition des évacuées
en fonction de l'état général
Sur 2 135 femmes, seul l'état général de 1879 patientes
a été notifié. Parmi elles 430 soit 22,9 % avaient un mauvais
état général.
-
63 -

4.1.2 Anémie
Cûlor89S 71.6%
1:'196
Pâh-)3 28, /l'X,
554
Figure No 22: Répartition des évacuées
en fonctIon de l'état des conjonctives

Nous avons apprécié l'anémie par la coloration des
conjonctives. Cette appréciation a été faite chez 1949 patientes.
554 soit 28,4 % étaient anémiées.
-
64-

4.1.3. Hyperthermie
Fébrile (>37,5 ) 5~).7%
1!) l
Non fèbril8( ~(37,5 ) 4I.3.t~'1,
170
Figure No 23: Répartition des évacuées
en fonction de la température corporelle
Sur 2135 femmes, la température corporelle a été prise
chez seulement 367 patientes. Parmi elles, 197 soit 53,7 %
étaient fébriles.
-
65 -

4.1.4. Etat de choc ou collapsus
Ohoc ou collapsus 5,2%
91
Pas choc ni coHap. 94,8%
1661
Figure No 24: Répartition des évacuées
en fonction de l'état de choc ou de
collapsus.

Sur 1742 évacuées, 5,2 % sont arrivées en état de choc
ou collapsus.
-
66 -

4.1.5. Etat de la poche des eaux
Intacte 32,6%
263
Rompue 67.4%
543
Figure No 25: Répartition des évacuées
en fonction de l'état de la poche des
eaux
La poche des eaux a été appréciée chez 806 femmes.
Parmi elles, 543 soit 67,4 % avaient déjà rompu
-
67 -

4.1.6.
Etat du Bassin maternel
Pathologique 31.9%
158
Figure No 26: Répartition des évacuées
en fonction de l'état du bassin
maternel

Le bassin a été apprécié chez seulement 495 femmes.
Parmi elles 158 soit 31,9 % avaient un bassin pathologique.

4.1.7. Hede d'accouchement
800
800
517
400
200
27
11
__
o
.:2---_7_~-.... _.2.:.._
Normal
Forcepa Ventouse
Synphy.
Embryo. Grde extra.césarienne
-
Séries 1
Figure No 27: Répartition des évacuées
en fonction du mode d'accouchement
Nous avons enregistré au total 1298 accouchements chez
les évacuées.
- 703 soit 54,2 % se sont passés par les voies
naturelles sans problème.
- La sanction thérapeutique a été la césarienne dans
31,8 % des cas.
- La proportion d'accouchement par instrument ëst de
2,9 %.
-
69-

4.1.8. Traitement reçu
Chirurgical 48.5%
1010
Figure No 28: Répartition des évacuées
en fonction du traitement reçu.
Nous avons séparé 2081 femmes en deux groupes selon
qu'elles ont reçu un traitement médical ou chirurgical.
1071 soit 51,5 % ont reçu un traitement médical. 1010 soit 48,5 %
ont reçu un trai tement chirurgical. Le traitement chirurgical
regroupe tous les gestes ayant nécessité l'usage d'un bloc
opératoire et/ou l'usage d'une anesthésie qu'elle soit locale ou
générale. Il inclut alors les sutures d'épiséotomie, de déchirure
du col, du vagin, du Douglas, les délivrances artificielles sous
anesthésie générale et les interventions chirurgicales majeures
telles les cesariennes et les laparotomies.
si nous nous rapportons au nombre total de césariennes
(517)
et de grossesses extra-utériqes (24), qui à
eux deux
constituent la majorité des interventions chirurgicales majeures,
nous
voyons que notre proportion de
femmes
ayant reçu un
traitement
chirurgical
est
augmenté
par
les
interventions
mineures
citées ci-dessus. (469)
-
70 -

4.2. Appréciation de l'état du foetus.
Perçus et bons 68,8%
808
Non perçus 19,2%
226
Perçus 81 palho. 12.0%
141
Figure No 29: Répartition des évacuées
en fonction des bruits du coeur foetal
L'état du foetus a été apprécié par les bruits du
coeur. Dans 141 cas soit 12 %, ils étaient pathologiques. Dans
19,2 % des cas, ils n'étaient pas perçus.
-
71-

5- RBSVL'tA'lS DU TRAXUI(BIPl'
5.1. Résultats chez la mère
5.1.1. Répartition des entrantes en fonction
du résultat du traitement
Tableau XV : Répartition des entrantes en fonction du résultat du
traitement
Rubriques
Guérison
Décès
Total
Evacuées
2021
114
2135
Non évacuées
1787
31
1818
Total
3808
145
3953
Pour l'année 1990, nous avons enregistré au total 145
décès survenus dans le service de Gynécologie et d'Obstétrique de
l'Hôpital Yalgado OUEDRAOGO. 114 soit
78,62 %
sont survenus
chez les évacuées, contre 31 soit 21,38 % survenus chez les non
évacuées.
En appliquant le test statistique Chi-Carré de Pearson,
nous avons x 2 = 36,68 %
Pour ddl = 1 avec une marge d'erreur comprise entre
0,02 et 0,01, la différence est significative.
Nous pouvons dire qu'il y a plus de décès chez les
évacuées que chez les non évacuées.
-
72-

5.1.2. Résultat du traitement en fonction du
diagnostic réel.
Tableau XVI : Fréquence des décès par diagnostic réel
Diagnostic réel
Nombre de décès
Pourcentage
Hémorragies
37
32,45 %
Infections
18
15,79 %
Toxémie et complications
15
13,15 %
Autres motifs obstétricaux
13
11,40 %
Disproportion foeto-pel.
7
6,14 %
présentation anormale
7
6,14 %
Anémie
5
4,38 %
Bassin pathologique
4
3,50 %
Avortement
4
3,50 %
Dystocie dynamique
2
1,75 %
Rétention 2è jumeau
1
0,90 %
Souffrance foetale
1
0,90 %
Normale
0
o %
Grande multiparité
0
o %
utérus cicatriciel
0
o %
Défaut d'engagement
0
o %
Menace d'accouch. pré.
0
o %
Cas gynécologiques
0
o %
TOTAL
114
100 %

Décès
10
20
30
40
..
Hémorragies
Infections
Tox. et compl.
Autres obst.
Dyspro.foet.p.
Présent. anle.
Anémie
Bassin patho.
Avortements
Dystocie dyn.
r--
Retention 2è j. r--
Souffrance foe. f-4
Normale
Grande multip.
ut. cicat.
Défaut Eng.
Menace Ach. pro
Cas gynéco.
Diagnostic
réel
Figure N° 30: Fréquence des décès par diagnostic réel
A partir de l'histogramme, nous constatons que les trois (3)
principales causes de décès maternels
chez les évacuées sont :
- les hémorragies responsables de 32,45 % des décès :
- les infections responsables de 15,79 % des décès ;
- la toxemie gravidique et ses complications sont
responsables de 13,15 % des décès.:

5.1.3. Résultat du traitement en fonction de
l'état général à l'arrivée
Tableau XVJI: Répartition des évacuées en fonction de l'état
général et du résultat du traitement
Rubriques
Guérison
Décès
1
Total
Bon
1354
25
1379
Mauvais
330
75
405
Total
1684
100
1784
A partir de ce tableau nous pouvons écrire :
pour les évacuées arrivées en bon état général
· nous avons 98,2 % de guérison
• 1,8 % de décès.
pour les évacuées arrivées en mauvais état
général, nous avons :
• 81,5 % de guérison
• 18,5 % de décès.
- En utilisant le test statistique
Chi-Carré (X 2 ) de
Pearson nous avons trouvé
X2 = 165,11
pour ddl = l, avec une erreur inférieure à 0,001,
la différence est significative.
Nous pouvons donc dire que les résultats du traitement
chez la mère sont fonction de son état général à l'arrivée.
-
7S-

5.1.4. Résultats du traitement en fonction
de la distance
Tableau XVUI: Réparti tion des décès par province.
Groupes de provinces Nombre total Nombre total Pourcent.
de malades
de décès
Groupe · A (0 km)
·
- Kadiogo · 0 km
1397
36
2,57 %
·
Groupe B :
(environ 50 km)
263
26
9,88 %
.Bazega · 40km
·
- Oubritenga · 44km
·
Groupe C :
(environ 100 km)
- Boulkiemdé · 97 km
90
13
14,44 %
- Zoundweogo ·
· 99 km
·
Groupe D :
(100 à 150 km)
.
- Bam
112 km
- Ganzourgou · 109km
187
28
14,97 %
- Passoré
·
· 107 km
-
·
Kouritenga · 139km
·
- Nahouri · 144 km
·
.
Groupe C .
(plus de 150 km)
.
- Boulougou
173
.
km
53
11
20,75 %
- sissili · 199 km
- Mouhoun ·
· 320 km
-
·
Bougouriba · 367km
·
-
76 -

Décès
5 %
10 %
15 %
20 %
25%
..
A
B
c
D
E
Provo ,
Figure N° 31: Fréquence des décès par province.
A partir de cet histogramme, nous avons voulu montrer
la relation qU'il y a entre le pronostic et la distance parcourue
par la mala.d&. Pour cela nous avons constitué cinq groupes de
provinces
en
fonction
de
leur
éloignement
par
rapport
à
Ouagadougou.
Pour
la
province
du
Kadiogo

la distance
est
considérée comme égale à 0 km, le taux de décès maternel~est de
2,75 %.
Pour les provinces du groupe E, c'est-à-dire situées à
plus de 150 km de Ouagadougou, le taux de décès materneàest de
20,75 %.
77-

5.2. Résultat foetal
5.2.1.
Le Sexe
Masculin 66,9%
6ge
Figure No 32: Répartition des bébés en
fonction du sexe
Le répartition des bébés par sexe nous montre qu'il est
né plus de garçons que de filles chez les évacuées.
-
78 -

5.2.2. L'apgar
5.2.2.1. L'indice d'apgar
3-7 18,2%
,. .", ~ {')
:~ .::.. - ,
Mor t -né macère G,8%
sa
..... '"-
<3 GU r';A. 20,f:'1,
l't~~)
r..t!nr! -(18 fr ::'li:~ 19."~~
· ... \\~JV
f)
Figure No 33: Répartition des bébés en
fonction de l'Apgar
La figure nous montre que seul 35,3 % des béb~avaient
un très bon apgar à la naissance. 26 % étaient déjà mortià leur
naissance.
Nous pouvons alors estimer le taux de mortinatalité à
260 "/00.
79

5.2.2.2. L'apgar en fonction du mode
d'accouchement
Tableau XIX : Répartition de l ' apgar en fonction du Mode d'accouchement
ApgarjMode
Normal
Autre
Total
d'accouchement
Apgar>7
299
125
424
Apgar 3 - 7
122
98
220
Apgar <3 ou
77
175
252
réanimé
Mort né frais
118
126
244
Mort né maceré
46
48
94
Total
662
572
1234
L'accouchement par les voies naturelles a donné 45,16 %
de nouveaux nés en bon état (apgar > 7) tandis que la naissance
par les autres modes d'accouchement a donné seulement 21,85 % de
nouveaux nés en bon état (apgar > 7).
En appliquant le test statistique Chi-Carré de Pearson,
nous avons trouvé X 2 = 106 ,05. Pour ddl = 4, avec une erreur
inférieure à 0,001, la différence est significative. Nous pouvons
dire que lorsque l'enfant nait par les voies naturelles, son
apgar est plus élevé.
-
80 -

5.2.2.3. L'apgar en fonction du sexe
Tableau XX :Répartition des bébés en fonction de
l'apgar et du sexe.
ApgarjSexe
Fille
Garçon
Total
Apgar > 7
198
235
433
Apgar 3 - 7
92
131
223
Apgar <3 ou
110
143
253
réanimé
Mort né frais
92
143
235
Mort né maceré
37
46
83
Total
529
698
1227
Sur le tableau nous constatons que
- 37,4 % des filles ont un apgar > 7 contre
33,7 % chez les garçons
- 27,07 % des garçons sont morts nés contre
24,38 % des filles.
En appliquant le test statistique X2 de Pearson, nous
avons trouvé X2 = 688,93. Pour ddl = 5, avec une erreur
inférieure à
0,001,
la différence est
significative. Nous
pouvons dire qu' il est né moins de filles que de garçons, mais
que ces derniers étaient plus fragiles.
-
81 -

5.2.3. Le Poids
Nombre
1000
801
/
800
600
400
200 !
1
1
o Y ..
<2500 gr
2500-3500 gr 3500-4000 gr
iranches de poidS
Figure No 34: Répartition des bébés par
tranche de pOids
Nous avons considéré le poids des bébés a partir de
1000 g et nous les avons répartis en 4 tranches.
Sur la figure nous constatons que 801 soit 64 % des
bébés ont entre 2500 et 3500 g •

_ 82 _

COMMENT AIRES
DISCUSSION
Plusieurs travaux ont montré que l'évacuation sanitaire
est un facteur augmentant le risque de mortalité maternel et
foetal
[2, 8, 10, 13, 14, 17, 18, 24, 30, 31, 35, 37, 38].
Définit selon Alihonou E., cité par Boniface [37] comme
"un transfert •.. ", l'évacuation sanitaire sous entend une notion
de temps. En effet, le temps perdu avant l'arrivée de la malade
dans le centre de dernier recours est souvent énorme. Ce délai
d'évacuation a été estimé à 24 heures en moyenne par OUEDRAOGO B.
au Burkina Faso pour les cas de décès maternels. Il comprend la
durée du transport et la durée du séjour dans les formations
sanitaires avant celle du dernier recours.
Quelque soit sa durée, ce temps perdu est un préjudice
à l'évolution de la pathologie chez ces évacuées. Le centre
spécialisé vers lequel est orienté la patiente a une importance
capitale, car i l constitue pour la patiente, la denière porte de
secours. Nous avons pu lire dans Population Reports [ 40] qU'à
l 'heure actuelle 1
on attache beaucoup d'importance aux centres
vers lesquels on dirige les malades. Parmi les stratégies de
l'O.M.S./Banque Mondiale pour empêcher les morts maternelles, il
faut
relever
la qualité des
Hôpitaux
de
district et des
materni tés rurales pour leur permettre de soigner les urgences
obstétricales. En effet, les conditions d'une procréation exempte
de
danger
sont une
mère
en
bonne
santé
physique
et une
infrastructure sanitaire qui puisse faire rapidement face aux
complications [29].
·La fréquence des évacuations sanitaires"
L'étude que nous avons mené a montré que du 1er janvier
au 31 décembre 1990, 2135 soit 54 % des patientes reçues à la
maternité de l'Hôpital Yalgado OUEDRAOGO étaient des évacuées.
Dans les pays développés l'évacuation sanitaire est un
phénomène rare, parcequ' à chaque maternité se trouve annexé un
-
83 -

bloc techniquement capable de prendre en charge les urgences
obstétricales. Par contre dans nos pays, l'évacuation est un
phénomène fréquent. Cette fréquence varie selon les pays _ Elle
dépend de la répartition et de l'équipement des structures
sani taires, de la disponibi1 i té des moyens de transport, de la
compétence du personnel qui évacue.
Kaba Saran à Abidjan [24] avait trouvé un taux de
62,5 % et citait un taux de 62 % trouvé par BOUTALEB y _ et
co11ab. à Casablanca, 11,05 % par DOSSOU Yovo au Benin.
Dans notre contexte, seuls les CHR sont capables de
prendre en charge les interventions chirurgicales
telle la
césarienne. En 1991, il y avait 11 CHR sur notre territoire
situés dans 11 chefs-lieux de province [7]. Les 21 autres en sont
dépourvus
Ce qui veut dire que chaque centre chirurgical doit
offrir les soins à 988.330 habitants sur un rayon de
B8 km.
Cette penurie de formations sanitaires oblige à l'évacuation des
malades sur de longues distances.
Nous avons également remarqué que 35 soit 1,6 % des
malades ont été évacuées d'un CHR vers la maternité du Centre
Hospitalier National Ya1gado OUEDRAOGO. Sur les dossiers de ces
malades, nous avons vu souvent souligner le manque d'anesthésie,
d'anesthésistes et même de sang-
Ceci atteste le manque de
personnel et les ruptures de stocks des produits.
"Caractéristigues épidémio-c1inigues des évacuées"
Notre population est jeune avec un âge moyen de 26,76
ans. 81,7 % soit la majorité des patientes ont entre 18 et 35
ans _ C'est l'âge de la pleine acti vi té génitale. Ce caractère
coincide avec les résultats du recensement général de 1985 au
Burkina Faso.
En effet, l'analyse des données de ce recensement a
révélé qu'il y a une concentration de la fécondité aux jeunes
âges (20-34 ans) et que le taux de la fécondité est maximum entre
20 et 29 ans [4]. Par ailleurs 95,1 % des patientes étaient
mariées. Nous savons que la fécondité est plus élevée chez ces
-
84 -

dernières que chez les veuves, les divorcées et les célibataires.
La précocité du mariage,
les grossesses d'adolescentes sont
autant d'éléments
qui
contribuent à
ce
phénomène
qui
est
fréquent dans les pays pauvres (4,36].
Au cours de notre étude, la répartition des évacuées
selon l'âge a montré une proportion de 9,2 % d'adolescentes et
9,1 % de femmes dont l'âge est supérieur à 35 ans. C'est à ces
âges extrèmes que le risque encouru par la femme et l'enfant au
cours d'une grossesse est le plus élevé
[9,52].
Chez
les
adolescentes,
l'immaturité
de
l'uterus
et du
bassin,
les
prQblèmes psychologiques avec comme conséquence le non survi des
grossesses, augmententle risque de dystocies, d'anémie grave, de
toxemie gravidique et de leurs complications,. Dans son article
"La souffrance des petites victimes", le Dr KELsEY Harisson a
bien illustré ce phénomène [26]. Après 35 ans, ce sont les
hémorragies de la délivrance, l'anémie et les ruptures uterines
,qui sont les plus fréquentes. Chez les patientes de plus de 40
ans, le risque génétique et malformatif n'est pas négligeable.
TABAsTE J .L. et DENAX A.
ont écrit que l'incidence de la
trisomie 21 était de 1,09 % des naissances à 39 ans et 10 % à 44
ans [48].
* La parité
La parité est un facteur influençant
l ' évol ution et
l'issue de la grossesse. L'étude a montré 20,8 % des femmes dont
la parité est supérieure à 4. Si chez la multipare le travail est
souvent rapide, il faut craindre les complications telles les
dystocies dynamiques par atonie uterine, les hémorragies de la
délivrance, les ruptures uterines. A cet effet, SORE A. [45] dans
une étude sur des ruptures uterines, a trouvé que 45,5 % de cet
accident gravidique était survenu chez les multipares. DEMBELE A.
avait trouvé que 54,9 % des ruptures uterines étaient survenues
chez des patientes dont la parité était supérieure à 4 [13]
tandis que KABA 5. trouvait 54,6 % [24].
Au cours de la grossesse chez ces patientes où l'âge
est souvent avancé, des pathologies associées telles l'HTA et le
-
OS -

prolapsus génital ne sont pas rares. A parité égale, la mortalité
maternelle augmente rapidement avec l'âge [48].
* L'âge des premières règles
La majorité des patientes ont eu leurs premières règles
entre 13 et 17 ans : avec un mode de distribution
situé à 15
ans. Nos résultats ne sont pat très différents de ceux trouvés
par d'autres auteurs, notamment dans les pays africains.
Au Niger, l'âge moyen <l,V" premières règles est de 12,76
avec un maximum entre 12 et 15 ans [19]. Au Zaïre, l'âge moyen
aux ménarches est de 13,83, avec un mode de distribution à 14 ans
[42]. A Dakar il est de 14,5 ans avec une majorité entre 12 et 17
ans [34]. TOUBLANC J.E. rappelle que l'âge au" ménarches est de
13 ans 1/12 en France, 13 ans au Norvège [50]. L'âge moyen aUK
premières règles selon
BRAUNER R. et collab. [3], semble plus
avancé dans les pays chauds où les conditions socio-économiques
ralentissent la croissance de l'enfant.
"Motif d'évacuation"
Nous avons trouvé que les dystocies étaient les motifs
d'évacuations les plus fréquents 22,3 % avec:
- les dystocies dynamiques 7,3 % )
- les présentations anormales 5,9 % ,
- les bassins pathologiques 4,6 % ,
- les disproportions foeto-pelviennes 4,5 % ,
La dystocie est une pathologie de l'accouchement et
t
elle désigne un accouchement difficile quelque soit la nature de
l'obstacle. Schématiquement on di vise les dystocies en dystocie
dynamique et dystocies mécaniques.
• La dystocie dynamique est une anomalie fonctionnelle
de l'activité uterine ou de la dilatation du col. ,Elle est donc
d'origine maternelle. Elle vient en tête de notre série.
Elle est particulièrement imprévisible, mais peut souvent être
levée par l'usage correct des ocytociques.
Il est à
faire
remarquer que ces derniers lorsqu'ils sont utilisés abusivement
peuvent au contraire créer la dystocie dynamique.
86 -


t
• Les dystocies mécaniques
Ces
sont les présentations anormales,
les bassins
pathologiques,
les
disproportions
foeto-pelviennes
et
les
obstacles praevia dont nous n'avons pas fait cas dans notre
étude.
+ Les présentations anormales sont représentées par:
- le siège
- la face
- le front
- la présentation transversale.
* Le siège
présentation de l'extrémité
pelvienne du foetus, c'est un trouble de l'accommodation. L'avis
des auteurs sur le pronostic de cette présentation est variable.
Ainsi MERGER R.
a
écrit :
"La présentation du siège bien
surveillée et bien conduite, reste souvent une présentantion
eutocique
elle n'est cependant pas aussi favorable que la
présentation du sommetU [32].
* La face : Le diagnostic est souvent
difficile et peut se confondre avec un siège décomplété, avec un
front. là dystocie est ici plus fréquente, surtout dans les
variétés postérieures qui risquent de s'enclaver si le diagnostic
est tardif.
* Le front : présentation très dystocique, le
pronostic maternel et foetal peut être bon, à
condition que le
diagnostic soit fait tôt.
La sanction ultime est souvent la cesarienne.
* La présentation transversale : la grande
cause est la mUltiparité. Chez les primipares, le seul traitement
est la cesarienne. Chez la multipare, si les conditons s'y
prêtent, la version par manoeuvre interne est possible. Dans le
cas contraire la cesarienne s'impose.
+ Le bassin pathologique
S'il est fréquent chez l'adolescente pari~maturité
osseuse, elle n'est - pas rare chez les mères adultes. Selon
-
87 -
t

certaines études [40] ce retrécissement de la filière pelvienne
aurait
son
origine
dans
la
petite
enfance,
lié
à
la
malnutrition. La malnutrition qui, si elle est générale dans les
pays sous-développés, est plus accentuée chez les filles à cause
de la préférence du sexe masculin par les parents.
+ La disproportion foeto-pelvienne, due à un excès
de volume foetal, peut passer volontier. inaperçue.. Il faut y
penser et la rechercher devant toute hauteur uterine excessive
(>36 cm). Lorsque la présentation est cephalique, la tête déborde
en coup de hache le bord supérieur du petit bassin [32].
Les dystocies sont responsables chez la mère, d'un
travail prolongé avec risque d' infection, d'hémorragie de la
délivrance, de trouble de la retraction uterine. Chez l'enfant
elles peuvent entraîner une morbidité ou une mortalité par
dépression cardio respiratoire au cours de l'accouchement.
Les avortements
Selon la définition de l'Organisation Mondiale de la
Santé, reprise par RAMDE F., l'avortement est "1' expuls i on d'un
foetus de moins de 20 semaines d'amenorrhée à partir du premier
jour des dernières règles". Ils représentent 10,8 % de nos motifs
d'évacuation. Parmi eux, l'avortement incomplet représente
56,27
% des cas.
Si
dans quelques rares cas d'avortements
spontanés peut survenir une complication,
c'est l'avortement
provoqué qui est généralement sujet
aux complications. RAMDE F.
[41] par son étude a montré que la part des avortements provoqués
compliqués
était de
4,36
% par
rapport
au
nombre
total
d'admission dans le service : et de 35,9 % par rapport au nombre
total des avortements enregistrés à
la maternité du Centre
Hospitalier National de Ouagadougou.
Les décès par hémorragie ou choc infectieux ne sont
pas rares.
L'uterus cicatriciel
Il est défini par LEPAGE F. et L. LIM ZIM R. cit~ par
Kaba comme étant
'!Tout uterus porteur d'une plaie survenue

pendant ou en dehors de la puerperali té, ayant intéressé la
totalité ou une partie de
l'épaisseur des différentes couches de
la paroi uterine ou du col, et ayant été suturée au non". Il
constitue
6,1
% de
nos
motifs
d'évacuat,'on. Dans
l'uterus
cicatriciel il faut s'abstenir de l'usage des ocytociques et les
moindres dystocies doivent être traitées par voie haute. "La
cesarienne iterative n'est pas systématique, lorsque la dystocie
temporaire qui a conduit à une cicatrice est solide" : Lepage
cité par Kaba Saran [24]. C'est ainsi que nous avons pu constater
l'accouchement de certaines anciennes cesarisées par voie basse
dans nos services.
Les hémorragies
Elles sont composées de :
- l'hémorragie du post partum.
Dans notre étude elle regroupe les hémorragies de la
délivrance, les déchirures du col, du vagin, du periné, survenues
lors
de
l'accouchement.
Elle
constitue
5,2
% des
motifs
d'évacuation.
Le
diagnostic étiologique est fait devant un
saignement important ou lors d'une revision uterine.
- L'hematome retroplacentaire
Il constitue avec l'éclampsie, les complications graves
de la toxemie gravidique. Nous les avons inclus dans le même
chapi tre et ils constituent 2,4 % des motifs d'évacuation. Le
traitement
comprend
une
rupture
large
des
membranes,
une
évacuation rapide de
l'uterus.
Une
compensation des pertes
sanguines s'avère souvent nécessaire.
Le pronostic foetal est mauvais.
- le placenta praevia
Dans notre étude nous avons retrouvé ce motif dans
2,4 % des cas, contre 3,58 % chez KABA S. [24].
Il fai t
partie des hémorragies du 3è trimestre. Une
surveillance échographique pourrait en éviter les complicaltions
graves. Au cours du _ travail, une rupture large des membranes

89 -


lorsqu'il n'est pas central, suivie d'une évacuation rapide de
l'uterus peut améliorer le pronostic maternel et foetal. En
préterme,
si l'hémorragie est importante,
la cesarienne de
sauvetage s'impose.
- Les ruptures uterines.
Nous avons regroupé le syndrome de prérupture et la
rupture uterine. Ils constituent 3,2 % des motifs d'évacuation.
Cet accident peut passer parfois inaperçu ou survenir en cours de
route. Ainsi sur 104 cas diagnostiqués dans le service, seuls 68
avaient été diagnostiqués avant l'évacuation. DEMBELE Adama avait
III
trouvé 21,2 % de cas diagnostiqués au départ, contre 78,8%
..
diagnostiqués dans le service [13]. Il a également montré que les
ruptures
uterines
survenaient
volontiers
chez
l'évacuée
multipare, dont l'uterus a été fragilisé par les grossesses

multiples ou la cesarienne. Pour le traitement, la laparotomie
d'urgence s'impose.
Tous
ces diagnostics ont en commun
la spoliation
sanguine. Ils sont souvent aggravés par l'état d'anémie qui
existait déjà chez la majorité de ces femmes. En effet, notre
étude a
retrouvé une paleur conjonctivale chez 28,4 % des
évacuées. L'O.M.S. estime que dans tous les pays en voie de
développement, Chine exceptée, trois femmes enceintes sur cinq
sont anémiques [40].
Le traitement de ces hémorragies dont les conséquences
peuvent être graves, nécessite souvent un remplacement des pertes
sanguines par transfusion d'où l'intérêt de la décentralisation
des banques de sang démontré par DAHOUROU Honorine dans son étude
sur la transfusion sanguine [11].
"OUalité de celui qui évacue"
Malgré
les
efforts
de
notre
gouvernement,
l'infrastructure sanitaire et le personnel restent insuffisants.
Par
ailleurs,
l'équipement
des
formations
sanitaires
déjà
existantes est souvent insuffisant [6].
-
90 ,-

La
personne qui
décide de
l'évacuation du malade
identifie le problème selon l'équipement de l'institution et
selon sa propre compétence. Nous avons remarqué au cours de
l'étude l'imprécision de certains motifsd'évacuation. Ainsi, le
motif métrorragies et grossesses qui constitue 7,6 % des motifs
regroupe un nombre varié de pathologies non précisées. En effet
la métrorragie peut être le signe d'une menace d'avortement, d'un
placenta praev ia, d'un hématome retro-placentaire. Nous avons
également trouvé que le motif d'évacuation ne coincidai t
pas
toujours avec le diagnostic réel.
Les conditions de travail citées ci-dessus ne sont pas
favorables à une prestation de qualité. Un bon encadrement des
accoucheuses villageoises [1], un recyclage de tout le personnel
médical et une
amélioration de
l'équipement des maternités
rurales sont des éléments nécessaires pour relever le niveau du
personnel et par là obtenir une prestation de qualité.
"La provenance"
69,8 % soit la ma jori té des malades sont évacuées du
Kadiogo, zone urbaine. Nos résultats sont comparables à ceux de
Kaba Saran qui trouvait un taux de 81,70 % d'évacuées venant des
zones suburbaines et urbaines [24].
Comme
l'a
trouvé
Kaba
Saran,
la
fréquence
des
évacuations décroit avec l'éloignement de la province. Ainsi,
6,3 % des malades sont évacuées du Bazega dont le chef lieu est
à
40 km de Ouagadougou. 2,7 % des malades sont évacuées du
Kouritenga dont le chef lieu est à 139 km de ouagadougou tandis
que 1 % des malades sont évacuées de la Sissili dont le chef lieu
est à 199 km de Ouagadougou.
L'étude a
trouvé que la distance était un facteur
déterminant sur le pronostic maternel. C'est ainsi que le taux de
décès qui est de
2,57 % au Kadiogo s'élève à 20,75 % pour les
malades
venant de
provinces situées a
plus
de
150 km
de
Ouagadougou. Ce fait a été également retrouvé par UBA Saran
[24].
-
91:-



"Les conditions d'évacuation"
Notre étude ne s'est pas intéressée aux conditions
pratiques de l'évacuation depuis le lieu de résidence du malade
jusqu'à Ouagadougou ; mais en nous référant à notre expérience
personnelle (stage en milieu rural 6ème année, avril-mai 1988) et
au schéma tracé par OUEDRAOGO Boniface [37] nous pouvons dire que
les malades sont évacuées dans des conditions difficiles. De son
village au CSPS, la patiente est souvent transportée à vélo, voir
à dos d'âne sur des routes cahoteuses même sous la pluie. De là
elle sera encore transportée au CM puis enfin à ouagadougou par
une ambulance. A l'issue de ce long voyage, les malades arrivent
souvent
en
mauvais
état
général
sans
aucun
matériel
de
réanimation.
Nos résultats attestent ce fait avec un taux de
22,9 %
de patientes arrivées en mauvais état général.
OUEDRAOGO Boniface
avai t
trouvé dans son étude que
dans le temps mis pour le transport du malade, c'est finalement
le temps passé dans les formations sanitaires périphériques qui
est le plus long, 21 heures en moyenne ; ce qui est énorme
lorsque l'on se trouve devant une urgence.
"Pronostic et résultat du traitement"
Les
conditions
dbvacuatÏon.
mentionnées
ci-dessus
n'auront pour seule conséquence que l'aggravation de l'état des
malades.
L'appréciation des éléments du pronostic maternel a
1
montré que 22,9 % des malades sont arri vées en mauvais état
général. Cette proportion est non négligeable surtout lorsque
nous savons qu'il est préjudiciable à l'évolution de la maladie.
Nous avons pu confirmer cela par le test statistique Chi-Carré_de

pearson [43] qui a permis de conclure que plus la patiente arrive
en mauvais état général, plus elle risque de décéder._Chez 67,4 %
~ •
des malades,
la poche des eaux était déjà rompue. Dans ces
conditions les touchers vaginaux souvent septiques favorisent
l'infection. 5,2 % des malades sont arrivées en état de choc ou
collapsus. L'espoir de sauver ces femmes est faible. 53,7 % des
patientes étaient déjà fébriles à l'arrivée. 31,9 % des malades
1

-
92-


avaient un bassin pathologique. La césarienne a été pratiquée
chez 31,8 % des patientes. MEDA A. avait trouvé dans une étude
ÎI
sur les césariennes que 67,7 % de cette opération avait été
pratiqué chez les évacuées.
1
Tous ces éléments concourent à un mauvais pronostic
pour les évacuées.
En
effet,
il ressort des
résultats du
traitement qu'une femme sur 19 meurt parmi ces patientes. Ce
chiffre est énorme comparé à celui des non évacuées qui est d'une
femme sur 59. Notre taux est au-dessus de celui trouvé par KABA
Il
S. à Abidjan dont l'étude donne une proportion d'un décès sur 36
femmes environ chez les évacuées. [24]
Les trois premières causes de décès sont :
-les hémorragies, responsables de 30,70 % des décès
- la toxemie et ses complications responsables de
13,15 % des décès;
- 12,28 % des décès sont dûs aux infections.
Ces causes de décès retrouvées par notre étude ont été
citées par plusieurs auteurs comme étant les principales causes
de décès maternelS [12,14,17,23,37,40,53,54]
Chez l'enfant l'appréciation de l'état foetal a montré
que dans 12 % des cas les bruits du coeur foetal étaient
pathologiques, traduisant une souffrance foetale [39]. Dans
19,2 % des cas ils étaient absents, présumant déjà une mort
foetale. Le taux de mortinatalité est de 26 %. KABA S. avait
trouvé un taux de 23 % chez les évacuées contre 3,07 % chez les
non évacuées. Le taux de mortinatalité chez les évacuées est très
au-dessus des taux généraux de mortinatalité trouvés par certains
auteurs. MEDA N. a trouvé un taux général de mortinatalité de
7,32 % [31] à l'Hôpital SANOU Souro de Bobo-Dioulasso; SFAR E.
et collab. ont trouvé 3,24 % à Tunis [44] tandis que HOOONOU
A.K.S. et collab. ont trouvé 4,7 % à Lomé [21]. Notre taux
comparé à ces taux généraux de mortinatalité, nous admettons que
l'évacuation sanitaire est un risque sérieux pour la mère et
l'enfant.
-
93-

En fait, au moment où i l faut appliquer le traitement
d'urgence, les conditions ne s'y prêtent pas et au moment où les
conditions sont réunies, l'urgence est passée parce que l'enfant
est déjà mort.
L'étude a également révélé
que chez les nouveaux nés
des évacuées les garçons étaient plus fragiles que les filles. En
effet, le taux de mortinatalité est de 27,07 % chez les garçons
contre 24,38 % chez les filles. Ce constat a
été faits par
d'autres auteurs. Ainsi, HODONOU A.K.S. et collab. ont trouvé un
taux de mortinatalité de 58,9 % chez les garçons contre 41,1 %
chez les filles [21], tandis que SFAR E. trouvait 54,4 % chez les
garçons contre 45,5 % chez les filles. [44].
"Co'Ût de l'éyacuation"
L'étude a
montré que dans 83 % des cas, c'était
l'ambulance qui était utilisée pour le transport des malades.
Cependant sur 122 évacuations, 23 étaient entièrement gratuites
et parmi ces 23, seulement 4 évacuées des provinces autres que le
Kadiogo avaient bénéficié de cette faveur. Ainsi dans la majorité
des cas,
c'est la malade qui prend en charge
le prix du
carburant. C'est ainsi que nous avons trouvé que le co'Ût de
l'évacuation augmente avec l'éloignement du lieu de résidence de
la malade.
Si pour une malade évacuée du Kadiogo le co'Ût de
l'évacuation varie de 8 000 à 45 000 F, pour une patiente venant
de la sissili qui est à 199 km de Ouagadougou, il peut s'élever
jusqu'à 65 000 F CFA.
Par ailleurs l'étude avait trouvé que le niveau socio-
économique des patientes était bas. 88 % de ménagères et 49,6 %
d'époux cultivateurs, activités non rémunérées. L'étude du moyen
financier nous a
permis de confirmer ce fait car nous avons
trouvé que dans 63,9 % des cas, le coût des prestations était
au-dessus des moyens financiers de la malade.
Dans le coût de l'évacuation, le co'Ût du transport
occupe une part assez importante. si dans la province du Kadiogo
il oscille autour de 1 500 francs,iI peut s'élever jusqu'à 20 000 pour une patiente
1
située à environ 200 km de Ouagadougou.

- 94 -

CONCLUSION
Comme
dans
la
plupart
des
pays
sous-développés,
l'évacuation sanitaire est un problème fréquent au Burkina Faso.
54 % des malades reçues à
la maternité du Centre Hospitalier
National Yalgado OUEDRAOGO sont des évacuées. si ce transfert est
une dernière porte de secours pour la malade, il n'en demeure pas
moins que ce voyage est un facteur augmentant le risque de
mortalité maternelle et foetale.

La fréquence de la mort maternelle est d'une (1) femme
sur (19) dix-neuf contre une (1) femme sur soixante (60) environ
chez les non évacuées. Pour l'enfant, le taux de mortinatalité
est de 26 % soit plus d'un (1) enfant sur quatre (4). Nous avons

également trouvé que le coût de l'évacuation était élevé par
rapport au niveau socio-économique des
patientes.
L'âge
jeune
des
évacuées,
le non
suivi
de
leur
grossesse, la rareté de centres médicaux-chirurgicaux sur notre
territoire, l'état de nos routes, sont autant d'éléments qui
contribuent à grever le pronostic des évacuées.
Pour un développement économique et social réel, nous
devons davantage mobiliser nos ressources en faveur de la santé
en général et celle des femmes en particulier.
"Derrière chaque enfant qui sourit, il faut qu'il y ait une mère
physiquement et mentalement bien portante qui envisage l'avenir
avec confiance et satisfaction". [33]

-
9S -

Il
1
PROPOSXTXONS POUR
L'AMELXORATZON DES
EVACUATXONS SANZTAIRES EN
GYNECOLc:>GZE
ET OBSTETRIQUE AU BURKINA FASO
En vue d'apporter des solutions aux problèmes
liés à
l'évacuation sanitaire en gynécologie et
obstétrique nous
faisons les propositions suivantes :
- Au niveau de la population
La politique de la prévention est primordiale au niveau
de la population et repose sur trois éléments :

La
planification familiale doit être enseignée et
pratiquée au niveau des adolescentes pour la prévention des

grossesses
non
désirées,
et
au
ni veau
des
adul tes
pour
l'espacement des naissances.
L'éducation pour
la santé doit être constante et
soutenue,
enseignée à
tous
les niveaux.
Elle devra mettre
davantage l'accent sur l'intérêt de la consultation prénatale
pour
la mère
et l'enfant.
La
collectivité doit comprendre

l'importance de sa participation à sa propre santé.
Enfin un retardement de l'âge du mariage devrait
contribuer à une baisse du taux de fécondité chez les jeunes.
- Au niveau du personnel de santé
L'encadrement des accoucheuses villageoises doit être
1
une priorité car leur rôle dans les soins de santé primaire est
plus qU'importante.

Le
recyclage
de
tout
le
personnel
médical
et
paramédical devrait contribuer à diminuer le risque encouru par

les malades. Dans ce sens, la rehabilitation de la fiche de
suivi
du malade aurait un impacte non négligeable sur 1 'auto-
formation du personnel. Elle devrait être obligatoirement remplie
et renvoyée à la formation sanitaire d'origine.

-
96-

..

III
Les
dossiers
cliniques
des
malades
doivent
être
correctement rédigés.
Cette action se situe au niveau des
étudiants, sages-femmes et élèves-infirmiers. Il faut que l'état
civil et tous les éléments cliniques faisant partie d'un examen
clinique complet soient recherchés et notifiés dans chaque
dossier. Cette exigence vient du fait que ce sont ces dossiers
qui servent dans les études retrospecti ves. La conservation de
ces dossiers doit être également bien assurée.
- Au niveau des décideurs
La
politique
sanitaire
doit
s'orienter
vers
un
équipement minimum des structures sanitaires déjà existantes afin
d'en permettre un exploitation maximale.

Elle
devra
également
s'atteler à
une
répartition
équilibrée des services obstétricaux chirurgicaux dans un rayon
maximum de 50 km. Ceci
implique la formation en nombre suffisant
d'un personnel compétent.
1
Annexées à
ces centres médicaux chirurgicaux,
les

"cases d'attente" telle que nous montre l'expérience du Niger,
éviteraient à bon nombre de femmes déjà en travail d'emprunter

une route en mauvais état avec un moyen de transport peu
confortable.

Il


Il
_ 97_


RESUME
L'évacuation sanitaire en gynécologie et obstétrique
est un problème de santé publique •

En vue d'analyser les problèmes liés à ce volet de la
santé maternelle, nous avons mené une étude retrospective sur
2135 dossiers recueillis à
la maternité de l'Hôpital Yalgado
OUEDRAOGO de Ouagadougou. Le bilan sorti de cette étude est le
Il
suivant

L'évacuation sanitaire en gynécologie et obstétrique
est un phénomène fréquent. 54 % des malades admises dans nos
services sont des évacuées.
- Le pronostic maternel et foetal est mauvais car
. une femme sur ~ meurt
à l'issue de ce
transfert ;
. plus d'un enfant sur 4 nait déjà mort.
- Le coût de l'évacuation reste au-dessus des moyens
financiers des
patientes.
Il
- Le motif d'évacuation ne concorde pas toujours avec
le diagnostic réel à l'arrivée.
Au
terme de notre travail nous avons
fait des
suggestions en vue d'apporter des solutions aux problèmes liés à
ces
évacuations.
Notamment
la
planification
familiale,
l'éducation pour la
santé, la répartition équilibr~edes centres
médicaux-chirurgicaux dans un rayon maximum de 50 km et le
recyclage du personnel de santé •

- 98

..
SXSL::J:OGRAPUX:e:
1. ALISJAHBANA A.,
PECTERS R., MEHEVS A.- Les accoucheuses
~raditionnelles sont capables de déceler les mères et les
nourrissons à risque
1
In : Forum Mondial de la Santé, Vol. 7, N°3, 1986
PP. 255 - 262
2.
BERARDI J.C., RICHARD A., DJANHAN Y., •.• [et Al]
..
Décentraliser les soins de maternité
In : Forum Mondial de la Santé, Vol. 10, N° 3/4, 1989
PP 355 - 358
3 . BRAUNER R.,
LIMAL J.M., RAPPAPORT R.- La puberté normale
Il
et pathologique chez la fille.
Encycl. Med. Chir.
(Paris, France), Gynécologie, 36A ,
,;'~
0\\
1
12-1984, 19p.
~
4 . BURKINA FASO : Institut National de la Statistique et de
Il
la Démographie-Principales données
définitives

recensement général de la POPulation 1985
.
5.
BURKINA
FASO
Ministère de l'Equipement . Direction
Générale des Travaux Publics -
Etat du réseau routier au
30 septembre 1990.
6.
BURKINA FASO
:
Ministère de la Santé et de l'Action
Sociale
D.E.P.-
Rapport annuel statistique socio-
sanitaire 1989-
Ouagadougou, 1991. 91p.
Il
7.
BURKINA FASO
:
Ministère de la Santé et de l'Action
Sociale : D.E.P. -
[Superficie, départements, formations
sanitaires et personnels au 18 novembre 1991]
8.
CENTRE INTERNATIONAL DE L'ENFANCE.- Le Centre de recours
la maternité.
In : L'enfant en Milieu Tropical, N° 187/188, 1991
Il
PP. 55 - 72
-
99 -
..

9.
CENTRE INTERNATIONAL DE L'ENFANCE.-
La Consultation prénatale
In : L'enfant en Milieu Tropical, N° 187/188, 1991
PP. 41 - 54
10.
DABIRE Alfe - Mortalité Maternelle au Burkina Faso.
Aspects épidémiologiques : E.S.S.SA. 1988
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA. 1988
11.
DAHOUROU Honorine. -
Aspects opérationnels et économiques
de la Transfusion sanguine au Burkina Faso ,
E. S • S. SA.
1991
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA.
1991
12.
DESTANE DE BERNIS L.- La Mortalité Maternelle: Les causes
In : L'enfant en Milieu Tropical, N° 187/188, 1991
PP. 19 -
22
13.
DEMBELE Adama.-
Evolution des ruptures uterines en dix
ans à la Maternité du Centre Hospitalier National Yalgado
OUEDRAOGO de Ouagadougou. E.S.S.SA., 1991
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA., 1991
14.
DIADHIOU, BAH M.D., MOREAU J.C., ••• [et Al]
Mourir en couches
In : Sages-Femmes, tome XII, N° 4, 1988, PP 5-9
15.
ENTRETIEN le 02 - Mai -
1992 de 9H à 9H 30 avec Mr. BELLI
Direction des Travaux Publics- Sur La distance des chefs
lieux de province à Ouagadougou.
16.
ENTRETIEN le 15 -
Mai -
1992 de 17 H à
17H 15 avec
Direction de la Régie X9 sur :
Tarifs des voyages de
Ouagadougou aux chefs lieux de provinces.
17.
ERICA Royston,
SUC Armstrong-
La prévention des décès
maternels :
Génève, OMS, 1990.
_ 100_

18.
FAR M., MARTIN S.L., SIGNATE SYe M., ••• [et Al].-
Mortalité périnatale à la maternité du CHU de Dakar
In : Sages-Femmes, tome XII, ND 7, 1988, PP. 6-14
19.
HODONOU A.K.S.- La toxemie gravidique
In : Sages-Femmes, tome XII, ND 7, 1988, pp. 17-18
20.
HODONOU A.K.S., SCHMIDT H., VOVOR M.-
La Mortinatalité
dans un CHU : Exemple de Lomé
In : Sages-Femmes, tome VII, 10, PP. 7-18
21.
GAZOBY I., SEKOU H., IDRISS H.- Etude des ménarches de la
jeune fille Nigérienne.
In : Interfac Afrique, ND 15, 1990, PP. 1-6
22.
HUFFMAN Sandra.,
Sc. D.- Femme, Travail et naissance
In: Mères et enfants, vol 7, ND 2, 1988
23.
JAGDISH C., BHATIA.- Réalités de la Mortalité maternelle
en Inde
In : Forum Mondial de la Santé, Vol. Il, N° 2, 1990, PP.
200-204
24.
KABA
Saran.-
Evacuations
sanitaires
d'urgence
en
obstétrique.
Faculté de Médecine d'Abidjan, 1986
Th. Med. R.C.I., Abidjan, 1986
25.
KASSI M.-
Etude de la morbidité et de la mortalité au
cours de deux années du service de pédiatrie de l'Hôpital
de Treichville.
Abidjan, 1971, ND 18
Th. Med. RCI, Abidjan, 1971
26.
KELSEY Harisson.- La souffrance des petites victimes
In : Peuples, vol. 14, N° 3, 1987, PP. 12-13
27.
KONE
B.,
VOUILLAUME,
KOACABA
A.-
Intérêt
de
la
symphyseotomie
de
Zaraté
pour
les
pays
en
voie
de
développement.
In : Afrique Médicale, N° 241, 1986, PP. 273-275
-
101-

..
28.
MAHMOUD Fathalla.- La longue route de la mort
In : Peuples, vol 14, N° 3, 1987, PP. 8-9
IL
29.
MAHMOUD Fathalla, KELSEY A. H., BARBARA K.-
•.• [et AI]-
Prévention de la mortalité maternelle.
In : Forum Mondial de la Santé, vol. 7, N° l, 1986
IL
30.
MEDA
Adolphe.-
contribution à
l'étude de
l'opération
césarienne dans une Maternité Africaine, E.S.S.SA., 1990
Th. Med. B.F. ouagadougou, E.S.S.SA., 1990
31.
MEDA
Nicolas.-
Etude
de
la Mortinatalité
en
milieu
L
hospitalier au Burkina Faso: Taux et causes., E.S.S.SA.,
1990
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA., 1990
32.
MERGER R., LEVY J., MELCHIOR J.- Précis d'obstétrique
paris : Masson, 1985.- 755 pages
33.
MOUBARAK Suzanne.- La maternité, une fin et un moyen
..
In : Forum Mondial de la Santé, vol. 10, N°2, 1989, PP •
268-269.
34.
NIANG I., MASSE G., MANCIAUX M.- Etude longitudinale de la
puberté à Dakar.
In : Arch. Fr. Pediatre
1983, 40 : 503-8
35.
O.M.S.-FISE -
Rôle des soins maternels dans la réduction
de la mortalité périnatale et néonatale
Genève, 1986, 26 pages.
36.
O.N.U.
New
York
Tendances
et
politiques
démographiques mondiales
In : Peuples, vol. 14, N° 3, 1987, PP. 33
37.
OUEDRAOGO I. Boniface.- Facteurs évitables de la mortalité
maternelle. E.S.S.SA., 1989
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA. 1989
38.
PIA
Poovan,
FESCHATSION
Kifle,
BARBARA
E.K.-
Moins
d'accidents obstétricaux grâce à une maternité d'attente
In : Formum Mondial de la Santé, vol. 11, N° 4, 1990
-
102 -

39.
PONTONNIER G., FOURNIE A., Reme J .M. ,
[et Al]
Souffrance foetale aigüe - Editions techniques.
Encycl. Med. Chir. (Paris, France). Obstétrique, 5077 A30,
6-1990, 14 p.
40.
POPULATION REPORTS -
Problèmes mondiaux de santé., vol.
XVI, N°2, 1988.
41.
RAMDE François. -
Les avortements clandestins provoqués.
E • S • S • SA , 1989
Th. Med. B.F. Ouagadougou, E.S.S.SA. 1989
42.
RASHID T.R., MUGENI I., SHANGOL •••• [et Al] - Age moyen
du ménarche de la fille Zaïroise : A Kinshasa, Zaïre
In : Ann. Soc. Belge Med. Trop. 1984, 64, 69-74
43.
SCHWART
Z D •• -
Méthodes statistiques à
l'usage des
médecins et biologistes.- 3è Ed •• - Paris Flammarion 1988
44.
SFAR E., KHAROUF N., MARR A Kechi Z., .•• [et Al}
- Etude de la mortinatalité à la maternité de la Rabtade
Tunis
In : J. Gynecol. Obstet. Biol. Reprod., 1990, 19, P. 1074
45.
SORE Ablassé.-
Les ruptures uterines à la maternité de
l'Hôpital National Yalgado OUEDRAOGO., E.S.S.SA., 1986
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA. 1986
46.
SORGHO gaston. -
Activités de santé maternelle en mil ieu
rural au Burkina Faso.- E.S.S.SA. 1987
Th. Med. B.F., Ouagadougou, E.S.S.SA., 1987
47.
SUZANNE
F. Y. ,
ALLARD
H. ,
MEYER
J .L. -
Hémorragies
obstétricales graves.
Encycl. Med. Chir., Paris, obstétrique, 5109A 1°, 12-1982
48.
TABASTE J. L., DENAX A.- Grossesse et accouchement après
40 ans. Editions techniques
Encycl. Med. Chir. (Paris, France) obstétrique, 5016B
1991, 4P.
-
103 -

49.
TANKOANO A.
F.-
Compte rendu du séminaire Atelier de
Formation à la Méthodologie de la Recherche Appliquée à la
santé de la Reproduction en Afrique.
Abidjan, juillet - Août 1990
50.
TOUBLANC J.E.- Les premières années des règles
In : La Revue du Praticien, 1986, 36, 15
51.
TREISSER
A.,
RENAUD
R.-
Indications
des
extractions
instrumentales du foetus.
Encycl. Med. chir., Paris, Obstétrique, 5090 A
, 5-1982
52.
VINATIER O., PATEY S.P., MONNIER J.C.- Généralités sur la
grossesse et l'accouchement chez l'adolescente.
Encycl. Med. Chir. (Paris, France), Obstétrique, 5016 D
, 5-1987, 5P.
53.
WALKER G.J.A., ASHLEY D.E.C., McCAW A.M . • • • [et Al] -
La
mortalité maternelle à la Jamaïque
In : Forum Mondial de la Santé, vol. 8, N· 1 , 1987, PP.
79-83
54.
YAN Ren Ying.- La mortalité maternelle en Chine
In : Forum Mondial de la santé, vol. 10, N° 3/4, 1989,
PP. 359-364

A N N E X E S

FICHE D'ENQUETE N- 1
* Renseignements déaographiques
- Age
- situation matrimoniale :
mariée
D
Célibataire o di vorcée 0 veuve 0
- Profession de la femme :
ménagère
0
fonctionnaire o étudiante o
élève
0
secteur informel D
- Profession de l'époux :
cultivateur D fonctionnaire D étudiant D
élève
o
Secteur informel
D
* Notif d'évacuation
* Diagnostic réel
* Province qui évacue
* Formation sanitaire qui évacue
CHR
o
CM
D
CSPS D
Clinique privée D
* Antécédents gynéco-obstérica.LJ)(
- Date des premières règles
- Date des dernières règles
- Cycle régulier
D irrégulier o
- gestité
- Parité
- nombre d'enfants vivants
- nombre d'enfants décédés
- nombre d'avortements
- nombre de mort nés.

* Examen de la faa.e à l'entrée
- état général
: bon
D
mauvais
o
- anémie
existe
n'existe pas
o
.
D
- fièvre
. existe D n'existe pas o
..
- hauteur uterine
- bruits du coeur foetal : présents et bon)
D
- présents et pathologiques 0 non perçus o
- dilatation du col
- poche des eaux : intacte
0 rompue 0
- bassin normal D
pathologique
D
* évolution
- mode d'accouchement : normal
D
1 forceps
D
ventouse
D symphyseotomie D grande extraction 0
embryotomie
o cesarienne D
- traitement reçu
: médical
D
chirurgical
o
- résultats du traitement : guérison
D
décès 0
- état de l'enfant à la naissance
• sexe féminin
D
masculin
o
poids
Apgar
>7
o 3-7 o
<3 ou réanimé
o
mort né frais
o
mort né maceré
D
* Durée de l'hospitalisation

FICHE D' ENQUETE N· 2
* Province d'évacuation
* Moyen d'évacuation : ambulance D
personnel D
* Coût du transport :
* Coût des ordonnances
* Moyen financier utilisé
personnel
D
aide
D
emprunt
D
* section d'hospitalisation
"post opérées"
D
"suites de couches"
D
* Coût du séjour.

FICHE DE SUIVI DU MALADE No ___ . ________ . __________________ o_o_oo
Province
_________________ Fommtion Sanitairo __ 0_0. ____ .0 __ ._0_. ___ . __ 0 _____ ._0 __ ._ ... _._.0 ____________ . __ .0._._0_ ••. _._ ...... Type de formation ________
.
Nom et prénoms du malade .. _
.......... _
..... _
....... _ ... _0 •.••••••••••. 0.0.0 ••••.•• _._ •• 0 •••. 0 ... 00 ..... ___ 0_ •• _.00_ ...... 0 .. 00 ....... 0._.0 •..• 0.0 •• __ ._ ...... _ ••• _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
.• _ •• _ Age _ _ _ Sexe
M __ ._ ......... F _ _ _
_
_ _ _ _ _
• _ _ _ _ _
.'O_O _ _
______ • _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
• __ O
__ O._._ •••• __ •• __ '0' _ •• __ ••. _ _
•••. __ 0_.0.0 ••.•••••••• _ . _ 0
•• _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
.
.~
Résultats des examens (synthèse) __ . ______ ._0._. ____ ._ ••
- - - - _
•• -
_ _
•• _00 ___ -.0_0 __ .-_._0._-
_ _ _ _ _
• 0000 ..• 0 .. 0 •• 0 •.•••••••••• 00.0 .... 00 •• 0 ......................... 0 ••••• 0 ••.•••. 0
••••••••• 0 •••• 0.0 .•••.••••••.•• 0 ••••••••
.... __ -•• 0 •.• - _ . -_ _
0 _ _ _
0._._.-_._-_ •• _ •• -0 __
-.----_·_----··--··--···-··_.·_·.000-0_0
_ _
0 ___ 00 ______
• _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
_
Traitement
_ _ _ _ _ .00-0_.000_-. _ _ _
. _ _ _ _ _ _
_
Service ou était admis le malade _._ .... 0 __ •••.•••• _ •••• ___ .0._. _ _ _ _
. _ .
_ _ _ _ _ _
._ ••.•• __ • _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
• _ _ _ _ _
••• __ • __ •••• _ .......................................... 0 ................................. 0 ••••••.. _
.......... _ •.•••.••••.•••• _ ••••• _
Noms, qualification du responsable qui a traité le
Diagnostic de sort:e __ .... _ ..
- - - - _
•• __ ••••• _._0._0 _ _
0.00 •. _ _ _ _
- -
Etat de sortie : Guéri 0 Décédé 0 Evadé 0 Autre (préciser)
Conduite à tenir pour le suivi du malade _ ......... _ _ _
.
- - _
•••••.. -••.•.•••••.••. _ ••••.••••.••••••• 0
••• -•••.••• _ ..................... _ •••• _._.0 •••• _0 •• 0 ••••••••• _ ••• 0 ••• 0._ •••• 0 •• __ •• 0
••• 00 ••••••••••••.••••••..
•• _._.0. ___
•• · ............................ __
.-•••• -_
•••••••• _ •.•••• 0. __ .0_00. _ _ _ _ _
._.0 _ _ _ _
. _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _
_
Date et signa'rure
N. B. -
Pour la Formation de Réference: Cette fiche doit être obligatoirement rem.
plie en double et une copie retournée à la formation d'origine du malade par
(Cachet)
par la DPS.

SERMENT D'HIPPOCRATE
"En présence des maîtres de cette école et de mes
chers
condisciples, je promets et je jure d'être fidèle aux lois de
l'honneur et de la probité dans l'exercice de la médecine. Je
donnerai mes soins gratuits à l'indigent et n'exigerai jamais de
salaire au-dessus de mon travail.
Admis dans l'intérieur des maisons, mes yeux ne verront pas ce
qui s'y passe ; ma langue taira les secrets qui me seront confiés
et mon état ne servira pas à corrompre les moeurs ni à favoriser
les crimes.
Respectneuse et reconnaissante envers mes maîtres, je rendrai à
leurs enfants l'instruction que j'ai reçue de leurs pères.
Que les hommes m'accordent leur estime si je suis restée fidèle à
mes promesses.
Que je sois couverte d'opprobre et méprisée de mes confrères si
j'y manque tf •

VU ET- PERMIS D'IMPRIMER
VU
LE DIRECTEUR DE THESE
LE PRESIDENT DU JURY
, '
i ' q .. ,·
.~ ... L~
!.:~
'.
: ' : ; 0
(~· .. L,i\\.,~,· ..... :·.··.:~0)
VU
LE DOYEN DE LA FACULTE DES SCIENCES DE LA SANTE



Document Outline